pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Oui, mais...

26 juin 1989

Autrefois course la plus populaire de Longchamp (on suscite toujours un étonnement mêlé d´incrédulité lorsqu´on évoque les cent soixante-dix mille spectateurs de 1926, année qui vit la victoire de l´extrême outsider, Take My Tip...), le Grand Prix de Paris a changé radicalement d´image de marque, il y a deux ans, après une cure de jouvence qui a fait maigrir d´un tiers son parcours.

Ce que le vieillard a perdu en liesse populaire extra-sportive, le nouveau-né l´a aussitôt regagné en prestige, sur le calendrier international. Sa situation, à la croisée des chemins de la vitesse et de la tenue, en fait désormais un must pour le gratin du turf européen, et qui arrive à point nommé, à Longchamp, au dernier dimanche de juin, avant les grandes confrontations inter-générations de juillet à Saint-Cloud, Newmarket et Ascot.

La troisième édition de ce Grand Prix nouvelle manière n´a failli à sa vocation que sur un point : les pouliches n´étaient pas de la partie. Mais l´anglais, Citidancer, assurait son caractère international et les trois présumés meilleurs poulains français n´avaient pas raté le rendez-vous : Kendor, le miler "allongé" (Poule d´Essai), Dancehall, le classique "raccourci" (deuxième du Jockey-Club) et Galetto, cheval de distances moyennes (Lupin).

La solution de cette équation à trois "bien-connus" devait passer par la victoire de Dancehall : à la fois pour donner satisfaction à la stricte logique de l´échelliste et pour valoriser notre turf, en étayant la formidable hiérarchie établie le 4 juin dernier, à Chantilly. Nous aurions donc tout lieu d´être satisfaits, puisque le lieutenant de Old Vic l´a emporté sans lutte, à sa manière habituelle, sur une longue accélération, à mi-ligne droite, dans la corde.

L´homme des classements cotés - cet éternel fâcheux - ne peut toutefois s´empêcher de limiter aussitôt la portée de cette victoire en constatant qu´elle a été acquise aux dépens de simples "utilités", Norberto et Creator, et d´autant plus aisément que ses deux principaux adversaires ont été inexistants. Kendor - on le sait maintenant avec certitude - ne tient pas la distance (il est venu prendre la quatrième place "sur sa classe"). Quant à Galetto, qui n´a pas été des plus heureux, dans la corde, soit il est "passé" (il n´y a pas de honte à cela, la saison a été longue), soit, tout simplement, il n´est pas aussi bon que certains avaient pu le croire (ceux qui se fiaient au trompe-l´oeil des impressions visuelles plutôt qu´à la froide logique des classements cotés).

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006