pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Cendrillon et les dinosaures

21 mai 1990

Deuxième dimanche avant la semaine de gloire. Les Anglais sont encore à la recherche d´un favori pour leur Derby. Nous, nous avons trouvé le nôtre depuis longtemps - depuis trop longtemps ?... En Irlande, sur le front de la vitesse, notre machiavelique fier-à-bras s´empêtre dans ses explications : il ne convainc plus personne... Et pendant ce temps-là Longchamp, toujours en panne d´imagination, s´étire et baille sous le soleil...

Mais non ! On ne s´ennuie jamais sur l´hippodrome du Bois. Il se passe toujours quelque chose à Longchamp ! Tenez ! Voici le Prix du Cadran et ses dinosaures du grand fond. Qui eût cru qu´en 1990 sa lauréate pût déclencher une ovation ? Il faut dire qu´en l´occurrence les applaudissements sont allés à l´homme, l´entaîneur-jockey, Maurice Bouland, plutôt qu´à la jument, la brave Mercalle.

Sa tactique fut à la fois héro ïque et pathétique : fausser compagnie à ses adversaires dès le départ, pour vivre sur son avance - cent mètres devant le petit peloton - jusqu´au poteau d´arrivée, il fallait oser le faire ! Bouland le fit et avec une remarquable science du train et une parfaite connaissance des possibilités de sa monture (reprise dans la montée, redémarrage progressif dans la descente, puis fin de course en roue libre, sans puiser inutilement dans les ressources de la jument, après s´être retourné pour juger de la vanité des efforts de ses poursuivants...). Ajoutons nos félicitations aux bravos d´un public de connaisseurs.

Des bravos, il y en eut aussi, trente minutes plus tard, pour la sympathique équipe qui entourait Air de Rien, la deuxième Cendrillon made by Bollack qui eut inscrit son nom au palmarès du Prix Saint-Alary (dix-huit ans après Prodice). Ici aussi, difficile de s´extasier sur les mérites de la lauréate, dont la pointe finale s´excerça aux dépens de pouliches qui paraissaient avoir les jambes liées. Mais quelle satisfaction pour Margot de voir une belle petite bourgeoise (5.000 guinées yearling !) damer le pion à ces grandes pimbèches de la haute !

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006