pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

L´Arc a tenu bon !

8 octobre 1990

Ce qu´une fois cheval a fait, un jour il le refera ! disent les turfistes d´expérience... Saumarez avait réalisé la plus haute valeur cotée européenne de l´année, fin juin, lors de sa victoire dans le Grand Prix de Paris, lorsqu´il avait creusé un gouffre de six longueurs entre sa classe et la grande qualité de Priolo. Son échec total, ensuite, dans les Phoenix Champion Stakes ? Encore inexpliqué... Sa petite victoire dans le Prix du Prince d´Orange, deux longueurs seulement devant le modeste Mister Riv ? Sans doute était-il "encore un peu enrobé" - c´était en tout cas l´opinion de son jeune entraîneur, Nicolas Clément...

Toujours est-il qu´il a bel et bien "répété", Saumarez - et sans bafouiller, cette fois ! Sur une distance qu´il n´avait encore jamais abordée, il nous a repassé, dans l´Arc, le film du dernier dimanche de juin : partant de très loin pour creuser un trou décisif, dès le premier tiers de la ligne d´arrivée, et filer au poteau sans faiblir, bien calé le long d´une corde que les turfistes d´expérience (encore eux ! Ils sont tellement bavards...) appellent le "tapis roulant", lorsque la lice mobile est "à zéro", comme c´est toujours le cas les jours de grands classiques.

Pour que la fête fût complète dans le petit clan français - qui n´était pas bien faraud, avant l´épreuve, se voyant en minorité dans la foule anglaise de Longchamp, comme ses favoris étaient en minorité sur la liste des partants - voici que notre deuxième atout, Epervier Bleu, redevenant lui aussi le bel oiseau qu´il avait été, venait, de très loin, lui, et en pleine piste, ce qui n´était pas un avantage, hier, subtiliser la deuxième place à cet anglais athlétique, Snurge, sur lequel les bookmakers avaient déversé les livres sterling par milliers, aux guichets du PMH, dans les minutes qui avaient précédé le départ, faisant passer sa cote de 16/1 à 9/1...

On craignait un coup de Trafalgar, un Waterloo hippique et ce fut donc... la délivrance d´Orléans par Jeanne d´Arc ! Il faut dire que le début de la réunion avait été assez éprouvant pour notre vanité natinale. Les Anglais étaient à Longchamp en pays conquis. Ils avaient pris notre Prix Marcel Boussac sans rencontrer la moindre résistance, puis ils avaient mis à sac l´Abbaye... Ils s´apprétaient à démanteler tranquillement l´Arc, pierrre par pierre... Comment expliquer leur humilité soudaine ?

Eh ! bien, Salsabil, la terreur aux cinq Groupes I, avait perdu le moral : elle était en eau, au rond de présentation. Une saison trop chargée ? Une course trop dure, pour sa rentrée, dans le Prix Vermeille ?... Belmez, le partant-non-partant, l´éclopé-requinqué, est un modeste cinquième, après avoir eu toutes ses chances au Pavillon. Décidément, Henry Cecil n´est pas l´homme de l´Arc : cette fois, il aura bu le calice jusqu´à la lie, ayant vu gagner un poulain qu´il entraînait au printemps !

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006