pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Sueurs froides

6 mai 1991

Nous avions rendez-vous avec M. de la Palice. Il devait nous expliquer, à propos de la Poule d´Essai des Poulains, ce que chacun savait déjà depuis belle lurette... Que l´invaincu, Hector Protector, fût le meilleur miler d´Europe, cette banalité ne datait évidemment pas de la veille - lorsque son runner-up du Prix de la Salamandre, Lycius, était allé faire jeu égal avec le numéro un anglais de la vitesse, Mystiko, dans les Deux Mille Guinées de Newmarket. Qu´il ne pût être battu, chez lui, sur le mile de Longchamp, cela relevait, bien entendu, du plus parfait truisme. Oui, incontestablement, les questions du qui et du pourquoi étaient résolues d´avance. Restait uniquement à savoir le comment.

Pardi ! Comme d´habitude ! pensez-vous. A la hussarde ! En partant de très loin, pour écoeurer ses adversaires avec sa grande action dévastatrice... Vous n´y êtes pas ! Hier, les circonstances (un peu) et son jockey (beaucoup) ont voulu qu´il pratiquât la course d´attente. Avec un Cash Asmussen en humeur de taquinerie, qui accélère quand vous accélérez, reprend quand vous freinez et vous embarque à l´extérieur quand enfin vous parvenez à le contourner, les choses se sont évidemment un peu compliquées, d´autant plus que, pendant ce temps-là, la lice à zéro offrait son tapis magique au subtil Alain Lequeux...

Bien sûr, Hector n´est pas Miesque, mais il reste Hector : il ne pouvait pas ne pas rattraper un Acteur Français, celui-ci fût-il en état de grâce ! N´empêche... Il a donné des sueurs froides à François Boutin, qui croyait bien, pourtant, avoir eu son compte de frayeurs pour la journée, lorsqu´il avait réceptionné son champion boîtant, à la descente du van, pour s´être retourné un fer entre Chantilly et Longchamp...

Que le Prix Hocquart dût aller à Pistolet Bleu, c´était une autre lapalissade de la journée des évidences. Pas d´inquiétude, ici. Dominique Boeuf a su tracer, lui, un parcours à l´économie, venant gagner tranquillement, le long de la lice, après avoir laissé ce balourd de Beau Sultan, puis ce diable de Subotica, cracher leur venin, au Pavillon.

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006