pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Coup double !

13 mai 1991

Troisième dimanche avant Chantilly. Le seul rendez-vous du printemps de Longchamp où les Groupes I vont par deux. Des classiques d´inégale importance, il est vrai. Mais, curieusement, c´est le moins richement doté - et même le plus dépourvu de tout le programme français, avec son alter ego pour pouliches, le Prix Saint-Alary et le Prix Royal Oak, pour stayers - qui promettait surtout. Lupin faisait de l´ombre au rupin.

C´est que nous avions rendez-vous avec notre gentleman-ensorceleur, Suave Dancer. Certains ont cru pouvoir dire, après la course, qu´il était plutôt du genre gentleman-cambrioleur (1/10 à la cote !) pour nous avoir posé un lapin dans le Lupin. Mais non ! Il était bien là, tel quel, notre grand séducteur, cinq longueurs devant le petit peloton... Seulement, il n´était pas venu seul. Il nous a fait faire connaissance avec un autre zigoto de sa trempe, le dénommé Cudas. Nous attendions un champion, Longchamp nous en a présenté deux ! Pas de quoi se plaindre, n´est-ce pas ?

Si, tout de même un peu... Râlons à propos du manque de train et de l´excès de confiance manifesté par Cash Asmussen. Avec la lice mobile à zéro (on devait de nouveau voir les effets terrifiants du "tapis magique" de la corde, trente minutes plus tard, dans le tiercé...), se tenir aussi éloigné et venir en pleine piste, c´était signer un chèque en blanc au lièvre, Cudas, opportunément placé le long de la lice par Freddy Head, comme Acteur Français l´avait été par Alain Lequeux, il y a huit jours, dans la Poule d´Essai des Poulains. Un démarrage sec, au Pavillon et... adieu, Berthe !

Ce que le métier de Hector Protector avait pu réaliser était hors de portée de l´ingénu, Suave Dancer. Recevant le premier coup de cravache de son existence, le fier désinvolte ne comprit pas immédiatement ce qu´on exigeait de lui. Il versa à droite, à gauche, changea de pied une fois, deux fois, puis enfin sprinta magnifiquement. Trop tard !... Le poteau venait d´être franchi par ce poulain au physique qui sort de l´ordinaire (disons le mot : un peu monstrueux...), Cudas.

Oui, décidément, Longchamp est généreux avec la classe, en cet an de grâce 1991. Nous avions un champion, Pistolet Bleu, puis une deuxième, Suave Dancer. En voici un troisième, Cudas... Quelle titanesque bataille en perspective, le 2 juin prochain, à Chantilly !

La place nous manque (le souffle peut-être un peu aussi , après ces émotions...) pour nous étendre longuement sur la Poule d´Essai des Pouliches. Pas de faux-train, ici. Et une victoire d´autant plus impressionnante, pour la grande favorite, Danseuse du Soir, que, d´abord, elle est très mal partie, et qu´ensuite elle est venue l´emporter en pleine piste, sans souci d´économie. Une morgue tout à fait justifiée. Du travail net et sans bavures, du Lellouche.

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006