pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

D´un seul coup d´aile !

1er juillet 1991

Désormais en butte à de multiples concurrences (surtout, celle, directe, du Derby d´Irlande, mais aussi celles, indirectes, du Grand Prix de Paris nouvelle formule et des Eclipse Stakes), le Grand Prix de Saint-Cloud a perdu l´une de ses deux vocations : il n´est plus l´occasion d´une première confrontation au plus haut niveau entre les cadets frais émoulus des grands classiques de début juin et les plus chevronnés de leurs aînés. En revanche, l´importance de son allocation lui vaut d´affirmer, chaque année davantage, son caractère international : sept des dix derniers lauréats étaient entraînés à l´étranger (six en Angleterre et un - Acatenango, en 1986 - en Allemagne).

C´est dire avec quel soin jaloux les plus chauds partisans de notre champion des vétérans, Epervier Bleu, avaient fouillé le bagage du visiteur britannique, Rock Hopper. Une troisième place, tout près, dans la Coronation Cup (Groupe I), une victoire qui aurait dû être facile - très gêné ! - dans les Hardwicke Stakes (Groupe II), une musique agréablement rythmée sur trois notes (2-1-1, 1-3-1...), tout laissait attendre un duel au couteau.

Ce fut un cavalier seul. L´anglais était seulement un peu meilleur que le reste du lot. Or, on sait que notre oiseau de proie n´a jamais évolué à la même hauteur qu´un Passing Sale, il a toujours survolé de très haut le Panoramic... Ayant retrouvé à point nommé toute son envergure (à Evry, au début du mois, il était comme tombé du nid...), il s´est envolé d´un seul coup d´aile, à mi-ligne droite, pour se poser en un instant sur une branche inaccessible. De hautes branches, il y en aura d´autres, de ce côté-ci de la Manche et de l´autre (et d´abord les King George, le 27 juillet, à Ascot ?).

Hélas ! Trente minutes plus tard, l´autre match franco-britannique du jour, celui qui opposait, au Curragh, notre derby winner, Suave Dancer, au leur, Generous, devait tourner nettement à l´avantage du second nommé. Notre désinvolte de charme pécherait-il un peu par veulerie ? Il a gagné toutes ses courses sans lutter. Les deux seules fois où on lui a tenu tête, il s´est rendu sans vraiment combattre. Les Anglais sont persuadés qu´il s´est tout simpliment incliné, hier, devant meilleur que lui. Ouais... Nous, nous savons, depuis le Prix Lupin, qu´il peut aussi mettre les pouces devant un bluffeur...

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006