pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

La tête d´Hector !

12 août 1991

A première vue, nul ne manquait à l´appel. Hector Protector, le lauréat de la Poule d´Essai des Poulains, était là; et son second, Acteur Français; Lycius aussi était au rendez-vous, qui avait raté d´une tête les Deux Mille Guinées de Newmarket; Danseuse du Soir également, la gagnante de la Poule d´Essai des Pouliches; et encore Priolo, notre spécialiste numéro un de la vitesse chez les chevaux d´âge et déjà victorieux ici-même; sans oublier Sillery, son successeur au palmarès du Prix Jean Prat...

Alors, pourquoi cette impression d´inachevé, dégagée cette année par l´édifice le plus remarquable de tout le programme des courses à Deauville ? C´est qu´il lui manquait une dimension essentielle : son caractère international ! Le Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard sans anglais, c´est la villa Strassburger en deuil de ses clochetons... Un déséquilibre d´autant plus regrettable que toutes les lignes croisées du printemps et de l´été avaient situé les meilleurs d´outre-Manche sensiblement au même niveau que nos propres têtes de liste. Quand saurons-nous si nos champions valent les leurs, les Second Set (Sussex Stakes) et les Marju (St James Palace Stakes), les Kooyonga (Coronation Stakes) et les Shadayid (Mille Guinées) ?

Par effet de miroir, la course aurait pu éclairer notre lanterne sur la question. Elle n´en a rien fait. Comble de frustration, elle s´est même ingéniée à brouiller les cartes françaises... Ils étaient pourtant clairement trois qui dominaient le lot de la tête et des épaules : Hector, le jeune champion aux quatre Groupes I; Lycius, son petit camarade souffre-douleur; et leur aîné d´un an, Priolo, lauréat de l´épreuve en 1990.

Un faux-train comme on n´en avait jamais vu sur ce parcours si justement réputé sélectif ! Qu´on en juge : à trois cents mètres du poteau d´arrivée, le modeste leader, Mousquetaire, avait encore quatre longueurs d´avance sur le petit peloton en musardise... Tout s´est donc joué sur un déboulé de deux cents mètres... A ce petit jeu, le sprinter, Lycius, avait évidemment la part belle ! Il s´en est fallu d´un nez qu´il perde ses complexes vis-à-vis de sa bête noire... Mais non, c´est Hector, sans plus de brio que dans la Poule d´Essai mais avec son efficacité habituelle, qui a ajouté un Groupe I à sa collection. Quant à Priolo, autant dire qu´il n´a pas couru, ayant été stoppé net à deux reprises au moment du démarrage. Hélas ! La porte du souterrain des pirates était fermée, hier, à double tour...

Une seule satisfaction émerge de cette cascade de contrariétés : Hector, notre présumé crack sur la distance, demeure invaincu dans la spécialité. Les Anglais jugeront sans doute qu´il construit un peu trop sa gloire à coups de chance (deux Groupes I décrochés à la photo...). Nous, nous croyons que le propre du champion est de toujours paraître "veinard", tout comme la caractéristique du faux-bon cheval est d´être dit constamment "malchanceux"...

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006