pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

L´antichambre du palais

6 avril 1992

Acte I, scène 1. Le rideau se lève sur le décor magique. Mais qu´est-ce qui fait donc le charme de ce lieu ? Ses dimensions grandioses (quel somptueux tapis !) ? Non, c´est plutôt que Longchamp a une âme. Ici, les sentiments sont nobles et, en tout cas, jamais tièdes. Surtout, ils sont partagés par tous, acteurs et spectateurs. Que dis-je, spectateurs ? Sur un hippodrome, il n´y a pas de rôle passif, chacun participe à l´action. Alors, salut à toi, Longchamp, dernier palais du Grand Mogol, avec tes dix mille Kubla ï Khan !

Au vrai, on n´a fait salon, hier, que dans l´antichambre du glorieux monument. Le Prix de Ferrières ne se donne pas chaque année à un Suave Dancer et le Prix de Courcelles est un objectif trop peu ambitieux - simple listed - pour la crème de Chantilly. La victoire de Dadarissime, dernier rejeton d´une famille riche en éléments tardifs mais sérieux, nous donne donc surtout l´occasion d´adresser un coup de chapeau à George Bridgland, belle figure du dernier carré des entraîneurs de la vieille école, dite "naturelle"...

A quatre semaines du Prix Ganay, le Prix d´Harcourt avait réuni un lot cohérent et homogène de talents variés. Le jeu de cartes avait été encore mieux battu qu´on ne l´avait imaginé, puisque le brelan victorieux réunit, d´abord, un cheval idéalement placé qui en était à sa cinquième course de 1992 (et quatrième succès !), Fortune´s Wheel; puis, le rentrant et grandissime favori, Pistolet Bleu; enfin, le... leader de celui-ci, son aîné, Art Bleu !

Il y aurait beaucoup à dire sur chacun - et pas seulement sur ces trois-là. Allons au plus évident. Assurément, cet ancien "réclamer", Fortune´s Wheel, est devenu, à quatre ans, un élément de talent. Le fait qu´il était déjà en juin alors que ses adversaires étaient peut-être encore, eux, en mars, n´explique pas tout. Quelle splendide pointe finale ! Et merci à Art Bleu pour son altruisme...

Pistolet Bleu ? Hélas ! Il est toujours égal à lui-même, celui-ci : sans séduction, au paddock et tout de suite en eau : quel émotif ! Bien sûr qu´il va progresser sur cette rentrée ! Mais craignons qu´un jour son pedigree ne finisse par lui revenir en mémoire... Passing Sale ? Il ne s´est pas foulé, dans la corde, pour ce bac blanc... N´empêche ! Suave Dancer ne risque pas de faire des cauchemars, d´ici au 3 mai...

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006