pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Quo non ascendet ?

3 mai 1993

Un week-end "gratifiant" - comme on dit aujourd´hui - pour les amateurs de courses de chevaux. Samedi, le dernier modèle de marteau-pilon usiné par la multinationale, Abdullah, Maktoum & Co Unlimited - mis au point, nous n´en sommes pas peu fiers, dans les ateliers de la succursale française, à Chantilly - est allé river son premier clou de l´année en Angleterre. Passant par Newmarket, Zafonic en a profité pour effacer des tablettes le nom de My Babu, lequel détenait, depuis quarante-cinq ans (on est conservateur, en Grande Bretagne...), le record des Deux Mille Guinées : il a parcouru les 1609 mètres du Rowley Mile sur le pied de 59" et des poussières au kilomètre ! Et cela sans rien exiger de ses monstrueux pistons (trois longueurs et demie devant le deuxième, six longueurs et demie devant le troisième, au poteau d´arrivée, qu´il franchit ralenti...).

Le même jour, à Saint-Cloud, George Bridgland, l´entraîneur et Freddy Head, le jockey, ajoutaient, dans un registre très différent - il s´agissait ici de subtilité, pas de force brutale - un petit morceau d´anthologie au florilège de notre turf hexagonal. Jimmy Goldsmith, le propriétaire de Dadarissime, qui n´est pas un fanatique de la chose hippique (on le voit rarement sur un hippodrome) a pu assister à ce spectacle rare : le triomphe de l´idée sur la réalité sensible !

Pendant trois minutes et dix-huit secondes, il a vu le cheval qui défendait ses couleurs battu, dernier, ne suivant pas, dans le Prix de Barbeville. Pendant trois minutes et dix-huit secondes, son entraîneur, son jockey et quelques bons sportsmen vivaient pourtant, à chaque instant, cette évidence jubilatoire : justement, parce qu'il était là où il devait être, bon dernier, Dadarissime le patientissime avait course gagnée ! Seul, le poteau d´arrivée, à la dix-neuvième seconde de la troisième minute, a pu réconcilier les deux points de vue, celui du néophyte aveugle et celui des connaisseurs : en rendant visible in extremis la coïncidence de l´idée promise avec le fait accompli. C´est là le bonheur au plus haut degré, la volupté suprême pour l'obsédé du turf : quand l´essence précède longuement, longuement, l´existence !

Hier, pour le Prix Ganay, première bataille au sommet de la saison, de ce côté-ci de la Manche, Longchamp avait formé le dernier carré de ses vétérans. Cinquante pour cent de pertes : cela aurait pu être pire ! On n´en a vu que deux aux prises, tout au long de la ligne d´arrivée ! Parvenu enfin, au printemps de ses cinq ans, à son ultime degré de maturité (Quo non ascendet ?), Vert Amande s´est rendu maître, dans la dernière foulée, de l´opiniâtreté toute britannnique de son camarade de promotion, Opera House.

Nerveux au paddock, le favori du grand public, Dear Doctor, s´est éteint sans prévenir (il paraissait faire un canter, au premier tiers de la ligne droite), comme une chandelle soufflée par un courant d´air. Le terrain profond, qui a favorisé Vert Amande, explique probablement cette contre-performance. Mais pas le naufrage d´Arcangues, notre quatrième larron, qui a été le premier battu, sans raison apparente, au Pavillon.

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006