pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Eloge de la folie !

15 aout 1989

L´enfer du jeu ! Terrifiantes images d´Epinal : la fortune dilapidée sous le sabot d´un cheval... la pente fatale... la ruine des familles... et jusqu´à la honte du gain sans effort ! Cet argent qui, s´il n´a pas d´odeur, brûle à coup sûr les doigts... Dieu merci ! les idées reçues - comme les civilisations - sont mortelles. Le tiercé a beaucoup fait pour tordre le cou à ces préjugés qui assimilaient Longchamp à un lieu de perdition et qui situaient l´antichambre du vice à la porte d´Auteuil.

Il faut dire aussi que les temps ont changé si vite, à l´extérieur des hippodromes, qu´en dépit de tout leur appareillage électronique les champs de courses font désormais figure de Conservatoires d´un art de vivre oublié, alliant le charme de la tradition aux picotements de l´aventure. Dans notre monde hyper-protégé, où la sécurité est sociale et obligatoire, où la pensée est conventionnelle et uniforme, dans ce monde où la vie est vécue, chaque jour davantage, comme une morne fatalité, le jeu aux courses devient un des derniers refuges du risque et donc, d´une certaine manière, de la liberté.

Est-ce à dire que le turfiste est l´aventurier des temps modernes ? N´exagérons pas. Si danger il y a, en effet, à tirer le diable par la queue qui s´étend, le dimanche matin, dans les cafés-PMU, le risque est tout de même limité. C´est d´ailleurs là ce qui fait la grande différence entre le pari aux courses et les autres formes de jeux d´argent.

Car deux solides garde-fous sont là, pour mettre le parieur à l´abri des périls irrémédiables. D´abord, les occasions de (se) perdre sont limitées en nombre et suffisamment espacées dans le temps pour que les natures enclines à prendre feu aient loisir de laisser refroidir leurs ardeurs. Surtout, le pari aux courses n´est pas un jeu de hasard. Il obéit à des règles strictes, il demande des connaissances précises, il exige un minimum d´esprit logique. Un jeu qui fait appel à la raison ne peut s´adresser qu´à des gens raisonnables. La pari aux courses est de la famille du bridge ou des échecs : aucun lien de parenté avec la roulette, les bandits-manchots ou le Loto !

Si ! Un point commun avec le Loto : c´est une forme de pari mutuel. C´est-à-dire que les gagnants se partagent les mises des perdants (après écrémage de la masse des enjeux, cela va de soi, par les ayants-droit aux différents prélèvements : Etat, Sociétés organisatrices, etc.). Mais, aux courses, l´égalité devant le hasard n´existe pas. A partir du moment où il est entendu que le parieur dispose d´une panoplie d´arguments pour "se défendre", il est certain qu´au bout du compte le joueur sensé plumera la tête de linotte.

Le frisson de l´aventure : avec risque mais sans péril !... Mesuré, le danger et réfléchie, la stratégie de défense... Si c´est cela, la folle passion du jeu aux courses, alors vive la folie !

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006