pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

L´Amérique, ce n´est pas le Pérou

10 mai 1986

L´adage se lisait dans les deux sens - à l´endroit, à l´envers - mais il était indiscuté, dans le petit monde du turf, figurant à la Page Une du Dictionnaire des Idées Reçues : les pur-sang européens ne peuvent rivaliser avec les américains, sur les plats tourniquets en dirt du Nouveau Monde, pas plus que les Américains ne peuvent espérer vaincre les Européens sur les vastes gazons accidentés du Vieux Continent.

Depuis des lustres, les deux camps se regardaient donc en chiens de fa ïence, chacun assis sur ses positions, de part et d´autre de l´Atlantique. Les yankees avaient bien fait une ou deux tentatives de débarquement à Longchamp, dans les années 1960, mais on ne les avait plus revus depuis le naufrage de leur champion, Tom Rolfe, dans l´Arc de 1965. Les Anglais et les Français, eux, se contentaient de raids ponctuels, en fin de saison, sur des morceaux bien juteux en dollars, mais courus uniquement sur le turf et réservés aux vétérans.

Or, ne voilà-t-il pas que, le 1er novembre dernier, un inconscient cantilien, entraîneur de profession, un nommé François Boutin, ose envoyer sur le dirt une pouliche mineure (âgée de deux ans et pratiquement sans bagage), Carnet Solaire. Surprise ! Elle gagne ! Ceux qui ne risquent jamais leurs certitudes aux hasards du doute s´empressent évidemment de mettre cette victoire au bénéfice d´une aptitude exceptionnelle. Et on n´en parle plus... Jusqu´à samedi dernier. Ce jour-là se disputait, à Louisville (Etats-Unis) la cent-douzième édition du fameux Kentucky Derby, première épreuve de la Triple Couronne américaine. Parmi les seize concurrents, un poulain entraîné en Angleterre par Clive Brittain, Bold Arrangement, bien connu en France pour avoir pris, l´an passé, deux accessits dans des Groupes I, à Longchamp.

Il n´a pas gagné. Mais sa deuxième place, à deux longueurs du lauréat, après avoir été contraint de "faire" tous les grands extérieurs, dans le dernier tournant, est tout aussi grosse de signification. Comment ! Il suffit d´un "bon-cheval-sans-plus", nullement un phénomène en Europe, pour faire jeu égal, sur le dirt, avec les meilleurs poulains américains de la génération classique ! Mais alors, on nous avait menti ! Tout est possible ! L´Amérique, ce n´est pas le Pérou, pour l´ambition européenne !

Si un Bold Arrangement peut tenir tête aux cracks yankees, un Blushing Groom, un Lyphard, un Nureyev n´en auraient fait qu´une bouchée, en leurs temps respectifs ! Vous pouvez être sûr qu´à Chantilly les Fabre et les Boutin ont reçu le message "cinq sur cinq"...

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006