pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Un exercice de style jubilatoire

7 juin 1993

C´est l´année des tardifs. Mercredi, le Derby d´Epsom est gagné - fait rarissime ! - par un poulain, Commander in Chief, qui n´avait pas couru à deux ans. Hier, à Chantilly, Le Prix du Jockey-Club va à Hernando, lequel était encore inédit, il y a seulement dix semaines et... maiden il y a un peu plus d´un mois et demi !

Une sensationnelle escalade de l´échelle des valeurs l´a conduit du plus bas - son échec initial dans une course pour débutants, fin mars, à Saint-Cloud - au sommet du premier dimanche de juin, en passant par de très courtes victoires (jamais plus d´une demi-longueur au passage du poteau d´arrivée...), dans un maiden de Longchamp, un prix de série (listed) sur le même hippodrome, puis un Prix Lupin (Groupe I) en trompe-l´oeil - il n´y avait rencontré que quatre adversaires : ils étaient bien meilleurs qu´on ne l´avait alors imaginé !).

Hier, l´aristocrate qui se cachait sous ces dehors de petit épargnant du turf s´est enfin montré sous son vrai jour : il a daigné prendre ses distances avec les plus titrés des patriciens de Chantilly. Un parcours en or, le long de la corde, un démarrage aux deux-tiers de la montée, et un trou de deux longueurs et demie, au passage du disque, bien qu´une fois de plus son jockey ne l´ait pas sollicité outre-mesure, in extremis.

Quelle jubilation, mes amis, dans les chaumières... normandes ! Hernando n´est-il pas né dans l´Orne, à Fresnay-le-Buffard, chez son éleveur-propriétaire, Stavros Niarchos ? Ce petit-frère de Johann Quatz (quatrième de ce même Prix du Jockey-Club, l´an passé) était le seul du lot - avec Sin Kiang, qui n´a manifestement pas tenu la distance - à avoir été élevé en France. Les arrogants américains - Fort Wood, qui eut l´audace de le devancer d´une tête, le jour de leurs débuts communs; Dernier Empereur et Freezing Bird), les anglais hautains (Regency) et cet irlandais pas peu fier, fils de Sadler´s Wells, Hunting Hawk, en sont tous restés cois...

Joie aussi, pour la grande famille des courses, d´avoir assisté à un quatrième exercice de style, encore plus brillant que les précédents, de "la belle équipe", François Boutin-Cash Asmussen : après ceux de Kingmambo (Poule d´Essai des Poulains), Madeleine´s Dream (Poule d´Essai des Pouliches) et de ce même Hernando, dans le Prix Lupin.

Bien qu´ayant mis trois balles dans son pistolet mitrailleur (l´année dernière, il s´était servi d´une escopette à six coups !), André Fabre devra donc encore faire preuve de patience, à la porte du Derby français (il a surtout lieu d´être fier, cette année, de l´autre côté de la Manche). Admirablement monté par Sylvain Guillot - venu du dernier rang sur le tapis roulant de la corde - Dernier Empereur (la "ligne du Lupin : hé ! hé ! Armiger était donc bien ce que les Anglais disaient...) est venu prendre une méritoire deuxième place, tout comme l´avait fait Marignan, l´an passé.

Hunting Hawk ? Il a joué de malheur, à mi-montée, puis il est bien revenu, en pleine piste, pour s´octroyer une sûre troisième place. Quant aux Head, Regency et Freezing Bird, comme beaucoup de leurs voisins de box, cette année, ils ont eu le comportement qui est, quelquefois, celui de leur entraîneur : incohérent, pour ne pas dire extravagant !

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006