pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

David et Goliath

2 août 1993

Il était dans la nature des choses que Deauville inaugurât, en France, le simulcasting, le pari en direct sur deux réunions à la fois. L´ambigu, le concomitant, Deauville aime cela. Et même le contradictoire et jusqu´à l´incohérent. Ah ! oui, le chaud et le froid, le trot et le galop, les hauts et les bas, le plaisir et la douleur, le raisonnable et la folie, Deauville en veut, encore et encore...

Le coup d´essai, samedi, a été une réussite. En gros, un excédent de recette de trois millions de francs, tous transferts décomptés. Juste de quoi doter l´épreuve phare du jour, le Prix d´Astarté, puisque le pourcentage sur les enjeux qui revient aux Sociétés de courses est d´à peu près dix pour cent. La grise, Ski Paradise, a pris d´autant plus facilement le magot que sa compagne d´entraînement, Elizabeth Bay, s´était retrouvée quelque peu "dans la gelée de coing" (comme disent les jockeys), à la distance.

Pas de dichotomie ludique, hier : tout se passait au galop sur les bords de la Touques. Et le plus expéditif du genre : le sprint, avec les Prix Maurice de Gheest (Groupe II ) et de Cabourg (Groupe III). L´herbe était aussi verte que la veille mais le terrain nettement raffermi, au moins sur la ligne droite, comme devaient en témoigner les chronos enregistrés. Le Prix Maurice de Gheest se présentait comme un match entre deux équipes inégales : d´un côté, une formidable coalition, quatre gros bras noués l´un à l´autre pour défendre les couleurs grenat de Mohammed al Maktoum, deux anglais, Wolfhound et Hazaam et deux français, Zieten et Matelot. De l´autre, l´irlandais, College Chapel, fort de son seul mérite et de la monte de Lester Piggott. Que croyez-vous qu´il arriva ?

David, bien entendu, a terrassé Goliath ! Partis derniers, tout à l´extérieur, College Chapel et son vieux chapelain ont pris les bas-côtés de la nef, en pleine piste, pour contourner la masse compacte des fidèles et venir leur sonner les cloches à toute volée, dans les deux cents derniers mètres. Autre attentiste, le stupéfiant Danakal est revenu, lui aussi, du... diable, mais sur l´autre bas-côté de l´église, le long de la corde, et en dansant le rigodon, l'impie, un pas de-ci, un pas de-là, pour s´octroyer in extremis la deuxième place. La coalition Maktoum put donc faire bloc efficacement... aux troisième, quatrième et cinquième places. Comme quoi l´union ne fait pas toujours la force. Aux courses, les talents ne s'additionnent pas. Ils se soustrairaient plutôt, étant le signe manifeste de la multiplication des doutes chez le décisionnaire !

Et voici le grand moment sportif du jour, cette victoire, prometteuse de la plus haute destinée, du quatrième rejeton de l´extraordinaire maman Coup de Folie dans le Prix de Cabourg. Elle ne paie pas de mine, Coup de Génie - une encolure mal sortie, une tête très commune... - mais quel coup de rein, quelle désinvolture aussi, quand elle a dit : "au revoir !" à ses petits camarades... Comme pour ses frères aînés, Machiavellian et Exit to Nowhere, il y avait donc inscrit : "Groupe I" sur son certificat de naissance !

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006