pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

La comète

9 août 1986

Lorsqu´il est nourri d´ambition, le talent acquiert, de nos jours, une mobilité qui passerait pour de l´inconstance si elle n´était pas systématiquement orientée vers le haut. Fascinant pour l´observateur, ce mouvement ascensionnel et vibratoire a, hélas, une conséquence physiquement inéluctable : arrive fatalement le moment où l´on perd de vue l´objet ascendant.

Ce moment est arrivé pour le crack-jockey, Cash Asmussen. Désormais, les turfistes français ne le verront plus qu´à l´occasion - principalement le dimanche. Il passera le plus clair de son temps en Angleterre et en Irlande, où il vient de signer un contrat de premières montes pour l´écurie de Robert Sangster (le jockey en titre de celui-ci, Pat Eddery, ayant rejoint le team Abdullah, à Newmarket).

Ainsi, à vingt-quatre ans, moins de cinq ans après son débarquement en France, alors qu´il n´a même pas encore reçu sa première Cravache d´Or gagnée en 1985, et à mi-chemin seulement du contrat - en or, lui aussi - qui le liait pour 1986 à Mahmoud Fustok, la comète de ... Hialeah (Etats-Unis) va-t-elle disparaître de notre ciel hexagonal.

Longchamp, ce n´était donc pour lui qu´une étape vers Epsom... Chantilly, l´antichambre de Coolmore... Niarchos et Fustok des marchepieds sur le chemin de la gloire... La gloire ou l´argent ? S´agissant d´un Américain cent pour cent, l´une aurait évidemment tendance à se confondre avec l´autre. Car si la gloire est une notion essentiellement subjective sur notre Vieux Continent, aux Etats-Unis on la mesure objectivement : en millions de dollars !

Soyons honnête : Cash n´a pas qu´un tiroir-caisse en tête. On sait qu´il a aussi une véritable passion pour le côté le plus purement théorique des courses, l´élevage. La légende du turf dit qu´il a appris à lire dans les catalogues de ventes de Keeneland. Sa récente visite des écuries de Vincent O´Brien, où les fils de Northern Dancer côtoient ceux des plus illustres de ses rejetons, n´a certainement pas compté pour du beurre dans sa décision.

_____

P.S. Chacun des journalistes bien-pensants du turf a reçu, cette semaine, son exemplaire dédicacé d´un ouvrage pieux, "La vie édifiante de Saint-Martin, racontée par Saint-Martin". Moi pas. Serais-je le diable dans le bénitier des béni-oui-oui ? Oui ! Car j´ai trouvé ma dédicace aux pages 224 et suivantes ! Le petit grand homme a consacré tout un chapitre à mon humble personne. Tout un chapitre d´injures, de rancoeur et de mauvaise foi. Pourquoi faut-il que certains jockeys vivent leur petitesse comme une fatalité ?

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006