pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

A l´est de la lune...

13 juin 1994

Tout était court, maigre, étriqué, dans ce Prix de Diane : le nombre des concurrentes (neuf : un record de pauvreté !), le retentissement de la course (pas de tiercé, pas d´anglaise éminente...), le choix d´une favorite même pas permis (East of the Moon s´imposait à l´évidence)... Mais qui eût cru que l´insignifiance irait se nicher jusque dans l´écart qui a séparé ladite favorite obligée de sa deuxième ?

Le plus minime : une tête ! Encore, si cette deuxième avait été la belle Agathe, après un match revanche de la Poule d´Essai, ou bien la "déménageuse" en vert et rouge du Cléopâtre, Kartajana ! Mais non, une quasi-inconnue, malgré son nom de la haute, Her Ladyship, une pouliche qui n´avait pu décrocher son maiden qu´au troisième essai... Oui, la chose est étonnante, mais il y a tout de même un trou de près de trois longueurs entre nos duettistes du faux-plat final et le reste du petit peloton, coiffé très logiquement par ladite Agathe, devant ces autres pouliches qui se tenaient de près "sur le papier", Belle Argentine et Sierra Madre.

Et puis, il y a le temps de la course (2´07" 9), pas si éloigné que cela du record de l´épreuve (les 2´05"90 de Lypharita, en 1985). Il y a encore et surtout le style des deux premières : elles ne touchaient pas terre pendant les deux cents mètres de leur explication... Tant et si bien que, passé le moment de doute qui a suivi cette courte victoire, le banquier du turf, qui tient les comptes de la gloire, n´hésite pas : il porte le faible écart au crédit de la battue, pas au débit de la gagnante ! Après tout, Her Ladyship ne serait pas la première "Fabre" qui se transcenderait au jour "J". Lypharita, que nous venons de citer, ne s´était-elle pas elle-même surpassée, il y a neuf ans ? Et puis l´entraîneur n´a-t-il pas chez lui, East of the Moon exceptée, le nec plus ultra des pouliches ?

Alors, bien sûr que 2100 mètres c´est le bout du monde pour la fille à maman Miesque. Mais ce n´était pas un voyage au bout de la nuit : elle y est allée, à l´est de la lune ! C´est du reste l´avis de Cash Asmussen, qui se démarque un peu, en l´occurrence, de François Boutin, pour lequel 1600-1800 mètres sont la vraie distance de la pouliche de Stavros Niarchos, East of the Moon ayant "fait", selon lui, les trois cents mètres excédents "sur sa classe". De toute manière, ce sont là querelles byzantines. Le principal n´est-il pas que, sept ans après, mademoiselle Miesque ait vengé l´honneur de madame Miesque, humiliée par Diane ? Pour le Prix Jacques Le Marois - probablement sa prochaine sortie - la fille ne fera que mettre ses pas dans ceux de sa mère. Hier, elle défrichait une piste vierge. Les américains appellent cela un "challenge". Et ils jubilent quand le pari est gagné.

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006