pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Mademoiselle Miesque

15 août 1994

D´abord, on n´y a vu que du feu, ou plutôt du rouge sombre : une flambée de grenat ! Les quatre casaques du cheikh Mohammed al Maktoum s´étaient formées en un mur flamboyant, aux avant-postes du petit peloton.Un étourneau, un seul, les suivait - disons plutôt un kamikaze, puisqu´il s´agissait du jockey japonais, Yutaka Take, en selle sur Ski Paradise, dont nul n´ignore, depuis les rives de la Seine jusqu´aux steppes de l´Asie centrale, qu´elle est une attentiste de vocation impérative, étant dotée d´une pointe de vitesse terrible mais excessivement courte !

A la distance, prenant leur rôle à la lettre, les deux domestiques de ladite smala-grenat faisaient le ménage, le long de la corde : un coup de balai dont la victime était... leur patron, Barathea ! Ah ! le petit personnel n´est plus ce qu´il était... On recrute des maîtres d´hôtel à prix d´or et ils vous compliquent la vie au lieu de vous la faciliter !

C´est alors que la lauréate de l´an passé, la solide matrone anglaise, Sayyedati, est venue regagner : de loin, sur une splendide accélération, tout à l´extérieur. Point par point, elle reproduisait sa course de 1993. Seulement, cette fois, une ombre la suivait. Pour l´oeil effaré de l´observateur, tout se passa comme si la source lumineuse, qui projetait cette ombre, avait été située exactement à cent mètres du poteau d´arrivée, dans les tribunes. Car, en l´espace de deux cents mètres - et avec une progressivité d´une constance diabolique - ledit reflet, qui suivait d´abord Sayyedati à une longueur et demie, s´est retrouvé, au passage de la ligne, une longueur et demie devant elle !

Admirable course d´attente de Cash Asmussen ! Merveilleuse capacité d´accélérer sur une accélération manifestée par East of the Moon ! Sept ans après la première victoire de sa mère, mademoiselle Miesque mettait ses pas dans ceux de sa glorieuse génitrice et donnait à son tour la promesse qu´elle allait entrer, un jour, dans la légende du turf (Miesque a gagné dix courses de Groupe I, East of the Moon n´en est, pour le moment, qu´à trois...).

Pour la cinquième fois, la main gauche de Stavros Niarchos, le sponsor de la course, remettait à la main droite le gros chèque de la victoire. Pour la première fois, François Boutin, en guise de remerciement aux chaleureuses ovations du public, soulevait son chapeau sur son crâne rendu chauve par la chimiothérapie. Les six autres fois, il s´était contenté d´esquisser un sourire entendu...

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006