pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Humiliation

22 août 1994

Un week-end meublé de bric et de broc. Il y en a eu pour tous les goûts, les plus raffinés et les moins exigeants. Samedi, nous avons retrouvé tel quel un vieil ami perdu de vue depuis longtemps. Toujours charmeur et désinvolte, Hernando. Toujours économe de ses moyens, aussi : une longueur devant Triarius, au passage du poteau d´arrivée du Prix Gontaut-Biron, cela ne vous installe pas bien haut sur les échelles des petits comptables du mérite quantifié. Mais pourquoi vouliez-vous qu´il fît de longs discours, Hernando, quand trois mots lui ont suffi ? Notre dilettante musardait aux derniers rangs jusqu´à la sortie du dernier tournant. A mi-ligne droite, il n´eut qu´à ouvrir la bouche, aussitôt tout le monde s´est tu !

Hier, on eut droit, d´abord à un fac-simile de Prix Kergorlay. Le faux se reniflait de loin. Cinq partants, vous pensez ! C´était la promesse d´un fameux raccourcissement de la distance par manque de train. Contrat tenu par Lanfranco Dettori, arc-bouté sur ses étriers pendant un bon demi-kilomètre, alors qu´il était en selle sur le seul vrai stayer du lot, l´anglais Arcadian Heights (Gold Cup d´Ascot) ! Pour ne pas être en reste, Pat Eddery prenait bientôt la tête, sur le grand favori, Turners Hill : pas pour s´en aller, non, pour ralentir encore un peu l´allure du petit peloton ! Réveil général à l´entrée de la ligne droite. Premier battu, bien entendu, ledit Turners Hill, qui a toujours "mis les freins" quand on lui a demandé un effort brusque. La victoire dans ce pseudo-marathon allait donc, en toute logique, au meilleur sprinter du lot, la sympathique Molesnes, toujours là pour ramasser, sans fausse honte, tout ce qui traîne par terre...

Nous avions dit, samedi, notre désarroi devant le problème posé par le Prix Morny, le premier classique européen offert aux benjamins. Six concurrents (deux anglais, une italienne, deux français), six gagnants possibles. Plus le départ de la course approchait, plus nos doutes s´épaississaient. Car de chacun des entourages transpirait une confiance absolue, confiance exacerbée par le fait que chacun de ces chacuns avait la conviction que le reste du lot était médiocre !

Hélas ! Il est à craindre qu´au moins sur ce dernier point le diagnostic général était bien fondé ! La victoire, facile (et très attendue) de l´anglaise Hoh Magic, devant l´italienne (très attendue), Bruttina, elle-même devant la française (trop attendue...), Tereshkova, a provoqué, en tout cas, un désenflement spectaculaire de la vanité cantilo-hexagonale et apparentée. Sa deuxième casaque (Batista) n´avait pas encore franchi le poteau d´arrivée que cheikh Mohammed n´était déjà plus sur l´hippodrome !

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006