pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Eclipse de lune

5 septembre 1994

C´est le paradoxe des dieux du stade : leur vulnérabilité ajoute à leur prestige ! Invincibles, ils ne seraient pas aussi populaires. Le sauteur à la perche, le phénoménal Sergéi Bubka, a très bien montré cela. Jument de légende, virtuose du changement de vitesse, Miesque elle-même, a connu des faiblesses au cours de sa longue carrière : à 2 ans, dans le Prix Morny (troisième), à 3 ans dans le Prix de Diane (deuxième) puis dans les Queen Elizabeth Stakes (deuxième), à 4 ans, enfin, dans le Prix du Moulin de Longchamp (deuxième).

Lancée sur les traces de son illustre mère, East of the Moon a donc poussé le mimétisme de la gloire jusqu´à connaître sa première défaillance début septembre dans ce même Prix du Moulin de Longchamp. Pour que le parallèle fût parfait, mademoiselle-fille s´est inclinée devant une obstinée pensionnaire d´André Fabre, Ski Paradise, dont elle avait déjà pris largement la mesure - tout comme madame-mère avait fini par se rendre devant l´entêtement de Soviet Star, il y a six ans, après l´avoir devancé haut la main à deux reprises !

N´y avait-il pas aussi quelque chose de prédestiné dans le fait que l´éclipse de l´Est de la Lune dût être occasionnée par un jockey venu du pays du Soleil Levant ?... Cet été, après le Prix Jacques Le Marois, nous avions dit notre stupéfaction que ledit Yutaka Take eût été le seul, depuis les rives de la Touques jusqu´aux steppes de l´Asie Centrale, à ignorer que Ski Paradise est une attentiste de vocation impérative. Take n´est pas têtu. Il a magnifiquement rectifié le tir. Il n´y avait personne derrière lui, cette fois, à mi-course, la jument galopant dans une parfaite décontraction. Et l´on put revoir, in extremis, la Ski Paradise que nous avions appris à connaître, l´an passé, celle qui, à quatre reprises, avait échoué d´un nez à décrocher un Groupe I (Poule d´Essai, Jacques Le Marois, Moulin de Longchamp et Prix de la Forêt) ! Elle ne pouvait pas ne pas finir par l´épingler, son classique, l'aimantée de l'aiguille !

Et mademoiselle Miesque, après cela ? Eh ! bien, disons qu´elle était, tout simplement, dans un jour "sans". Cash Asmussen aussi, probablement, qui l´a peut-être montée un peu trop en confiance, tout près de la tête, alors qu´à Deauville il était venu de loin, sur une longue accélération. En tout cas, le petit comptable du mérite hippique est formel : traduite en valeur cotée, sa performance d´hier la situe exactement deux kilos au-dessous du niveau de son Prix Jacques Le Marois.

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006