pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Mutation

15 novembre 1986

L´évolution des espèces. On sait, depuis Darwin, qu´elle obéit aux lois de la sélection naturelle. Lorsque les conditions de vie changent, seuls ont chance de survivre les individus qui savent s´adapter aux circonstances nouvelles. Les autres sont impitoyablement éliminés. D´où, ces mutations étonnantes : des poissons qui se transforment progressivement en quadrupèdes ou des oiseaux dont les ailes deviennent nageoires.

On a souvent dit que ce qui est vrai en biologie l´est aussi en économie. Dans notre monde industriel, les temps sont sans pitié pour les entreprises qui ne savent pas s´adapter à une conjoncture en pleine évolution. Innover ou mourir : c´est la cruelle alternative devant laquelle les politiciens mettent ceux qu´il appellent les "canards boiteux".

Nul doute que la théorie darwinienne soit aussi valable pour la race dont nous faisons partie, nous, les turfistes ! La preuve ? Menacée dans son existence même par l´augmentation insensée des taxes du "P.S.P." (le fameux Prélèvement Supplémentaire Progressif), notre espèce en danger de disparition ne vient-elle pas d´opérer, en quelques années, une mutation spectaculaire ? Pour survivre, elle a dû opérer un déplacement titanesque, faisant passer la masse principale de ses enjeux des zones irrespirables des paris à gros rapports et prélèvements exorbitants vers celles, beaucoup plus oxygénées, des paris à faibles rapports mais petits prélèvements.

Les courbes statistiques du PMU sont claires à ce sujet. Celle des paris au tiercé et au quarté (prélèvements culminant désormais à quelque 40 % !) est en baisse constante, depuis 1978, tandis que celle des jeux simples et des couplés - surtout les couplés placés (prélèvements sur les rapports les plus faibles tournant autour de 15 %) - ne cesse de progresser.

Ces chiffres, le commun des parieurs ne les connaît évidemment pas. C´est en toute inconscience et par pur réflexe vital qu´il s´est adapté à la situation. L´Etat, lui, agit en parfaite connaissance de cause. C´est sciemment qu´il nous rogne les ailes, puis nous lance, avec une feinte commisération : vous n´avez qu´à vous en servir comme de nageoires !

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006