pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Un amour de Swain

28 août 1995

C´est une charmante tradition. Chaque année, au mois d´août, nos cousins d´Angleterre viennent nous rejoindre, sur la Côte Normande, pour disputer une homérique partie de croquet. De course de Groupe en course de Groupe, tout au long du meeting, c´est toujours un suspense palpitant : à toi, à moi; à moi, à toi; à qui le dernier mot ?...

Hélas ! Depuis la mi-août nous étions sous la cloche ! Prix Guillaume d´Ornano : ils avaient pris les deux premières places. Prix Morny : à eux ! Prix de Meautry : la honte, un trio britannique ! Prix Quincey : rebelote, une paire d´anglais !... Donc, nous avions beau faire les malins en agitant sous le nez de nos adversaires ce gros calibre, l´invaincu Swain, nous n´en menions pas large avant le rendez-vous du dernier dimanche, le Grand Prix de Deauville Lancel. Faut-il l´avouer ? A mi-course, au milieu de la ligne d´en face, la peur était devenue panique !

Les deux anglais, Broadway Flyer et Zilzal Zamaan et leur allié teuton, Laroche, s´étaient pris par la main et ils menaient une danse infernale. Notre pauvre chéri, cet amour de Swain, ne pouvait pas suivre le rythme. Il cafouillait, sorti de son train par Jarnet, qui ne voulait pas perdre le contact. Spectacle lamentable : battu avant même que de combattre ! Battu encore, aux deux tiers du parcours, à l´entrée du dernier tournant... Battu toujours à six cents mètres du disque... Et puis, soudain, ce miracle de transfiguration ! Spectacle féérique : en un instant, notre héros prend son mors ! Jarnet, qui ramait comme un galérien, depuis le départ, sur sa lourde barcasse, se retrouve soudain, aérien, un doigt léger sur la barre franche d´une goélette au grand large !

Sous le vent, le port, atteint sans problème par le Swain que nous espérions, bien que le moins attendu de nos trois gaillards... d´avant, Zilzal Zamaan, ait sérieusement régaté avec lui tout au long de la ligne d´arrivée. Le Swain que nous espérions ? Soyons francs : nous attendions tout de même un peu mieux de lui. Nous le tenions pour un poulain de Groupe I. De Groupe I, oui, sans doute, mais du genre Royal Oak, Cadran ou Gold Cup, probablement pas du type Arc de Triomphe !

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006