pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Un chef d´oeuvre de concision !

2 octobre 1995

En arabe, son nom signifie : l´invisible. Effectivement, Lammtarra est le pur-sang le plus discret que les temps modernes de l´histoire du turf aient connu ! Une seule course, victorieuse bien sûr, à deux ans. A trois ans, trois tentatives seulement : le nombre de sorties nécessaire et suffisant pour ceindre la triple couronne européenne : Derby d´Epsom, King George VI d´Ascot et Prix de l´Arc de Triomphe de Longchamp. Ah ! non, il n´est pas bavard, notre invulnérable invisible : quel modèle de concision !

Le fils de Nijinsky a donc réussi là où son père avait échoué (battu d´une tête par Sassafras, en 1970). Il rejoint dans la légende le grand Mill Reef (1971), seul poulain à avoir inscrit son nom sur le glorieux triptyque, jusqu´ici (il est vrai que les King George n´existaient pas avant la guerre...). On ne craignait qu´une chose, hier, pour le grand favori de la théorie pure : qu´il soit troublé par l´état du terrain - plus que souple, collant. Or, ce chef-d´oeuvre d´élevage (sa mère, par Blushing Groom, est une lauréate des Oaks et fille d´une troisième du Prix de l´Arc de Triomphe...) n´avait jamais galopé que sur des pistes fermes. Détail superfétatoire pour un crack ! Tout comme le profil de l´hippodrome, corde à gauche ou corde à droite, avec tournant en épingle à cheveux ou large virage, montée casse-pattes ou descente à tombeau ouvert...

C´est la définition même du vrai champion : il est à l´aise en toutes circonstances. Mais c´est encore ailleurs que nous voyons la preuve de sa classe exceptionnelle : dans la tactique employée par son jockey, le toujours inspiré Lanfranco Dettori (lequel, par parenthèse, est en passe de tenir cette gageure : devenir d´emblée, ex nihilo, le roi de Longchamp, alors qu´un Lester Piggott, un Cash Asmussen, ont mis des années pour en arriver là !). A Epsom, Walter Swinburn s´était servi de la formidable capacité d´accélération de Lammtarra en pratiquant la course d´attente. A Longchamp, Dettori a fait sa course en avant : il a monté le crack comme s´il était un stayer. Par prudence, dira-t-il après la course : il voulait se mettre à l´abri d´un mauvais coup. En fait, n´en doutons pas, par orgueil et intime conviction de l´énorme supériorité de sa monture.

S´il s´était montré plus économe en début de parcours sans doute l´écart aurait-il été plus grand, in extremis, entre le représentant du jeune Attila du turf, cheikh Mohammed al Maktoum et celui de la vénérable et toujours digne écurie Wildenstein, le 4 ans Freedom Cry, que sa générosité a hissé hier sans doute au-delà de la tenue autorisée par ses gènes.

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006