pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Anticonformisme à tout crin

16 octobre 1995

Octobre 1995, c´est mai 1968 à la Sorbonne hippique ! Le vent de la contestation souffle en tempête sur Longchamp. A bas le cycle des examens traditionnels ! Dans la rue l´école ! Vive la liberté d´entreprendre ! Tout, tout de suite ! L´Agrégation, sinon rien ! Nous voilà donc devant un Grand Criterium anticonformiste à tout crin : sans les lauréats des Prix Robert Papin, Morny, de la Salamandre. Mieux encore : sans un seul des participants à l´une quelconque de ces trois premières grandes étapes du cursus classique des cadets !

Dans ces conditions, comment voulez-vous que ces barbons, le chroniqueur hippique, et son âme damnée, l´échelliste, puissent prendre au sérieux le résultat de la course ? Pour eux, la hiérarchie établie manque évidemment d´un témoin crédible. La hiérarchie ? Si encore il y en avait une ! Mais deux poulains terminant sur la même ligne (c´est celui qui était dans la "bonne" foulée qui a gagné, l´instant d´avant ou l´instant d´après c´était l´autre...); le dernier de la course (jockey relevé depuis la mi-ligne droite !) à trois longueurs du lauréat; et, surtout, pas un instant de vrai bonheur, pour l´observateur en espérance de séduction : par un démarrage, une pointe, une capacité d´accélération sortant de l´ordinaire...

Alors, que disent-ils ces vieux ronchons ? Que, pour le moment, il y a un trou de cinq à six kilos (une classe et demie !), sur leurs tablettes, entre un Alhaarth, brillant lauréat des Dewurst Stakes, vendredi, à Newmarket, et notre brave Loup Solitaire ! 1996 s´annonce douloureux pour la vanité française.

Heureusement, elle n´a pas trop souffert de la comparaison avec l´orgueil britannique, la vanité française, trente minutes plus tard, dans le Prix de la Forêt. Pourtant, nous n´étions pas bien farauds, avant la course. Mais notre 3 ans, Poplar Bluff, progresse à chaque sortie. Il a su contenir avec autorité la belle pointe finale de son aîné, le 5 ans Bin Ajwaad, tandis que les autres anglais, Inzar, Mutakddim, Branston Abby et Young Ern (le grand favori !) terminaient, respectivement, troisième, quatrième, huitième et avant-dernier !

Après le Criterium des Pouliches (Miss Tahiti) et la splendide deuxième place de Freedom Cry dans l´Arc, c´est donc encore et toujours la vénérable écurie Wildenstein qui reste la plus vaillante, sur la brèche : à elle les deux Groupes I du jour. Quel moral, à son âge !

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006