pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Un Arc du deuxième type

7 octobre 1996

Il y a deux types d´Arcs de Triomphe. Il y a ceux qui sont courus à tombeau ouvert, à l´anglaise. Mais, à Longchamp, la sauce du Surrey ne prend pas. Ces Arcs-là voient, le plus souvent, l´asphyxie générale des présomptueux dératés et la victoire des opportunistes de la vadrouille en queue de peloton. Dans l´histoire récente de la course, le meilleur exemple de ce genre de suicide collectif au bénéfice d´un gourou illuminé a été fourni par 1987 (victoire de Trempolino).

A l´opposé, il y a l´Arc à la française qui se court à un train que la patrie de Descartes qualifie de "raisonnable". Ces Arcs-là sont moins spectaculaires. Le néophyte a l´impression qu´on le floue : la course, qu´il attend mouvementée, est statique, l´ordre est établi dès le haut de la montée, il ne varie plus jusqu´au poteau d´arrivée. C´est que, favorisés par un tapis roulant sournoisement mis en action, à leur usage exclusif, le long de la corde (lice mobile à zéro), les chevaux allants, à grand abattage, peuvent alors faire joujou avec leurs adversaires temporisateurs. Dans la fausse ligne droite - là où il serait fou, pour leurs concurrents, de porter une attaque - ils accélèrent progressivement. Au Pavillon, ils respirent un grand coup, puis ils repartent franchement vers le disque. Faux-train, démarrage : terminus, tout le monde descend ! Contraints de venir dans le terrain haché de l´extérieur, les attentistes à pointe ont les ailes coupées. C´est ainsi, par exemple , qu´un Saumarez l´a emporté en 1990.

Dans tous les sens de l´expression, il n´y a pas eu de course, hier, pour Hélissio. Monté à la perfection par Olivier Peslier, le grand favori a gagné un de ces Arcs du deuxième type dont nous venons de parler. Il a imposé sa loi d´un bout à l´autre de l´épreuve à un peloton timoré, plongé dans l´apathie, en état d´hypnose... Pour bien montrer qu´il était tout de même d´une autre classe qu´un Saumarez, Hélissio a creusé, en se jouant - Peslier hilare, debout sur ses étriers, plus de cent mètres avant le poteau d´arrivée ! - un trou de cinq longueurs. Juste mesure entre sa hardiesse et la léthargie générale...

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006