pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Madame Sans Gêne !

4 août 1997

Cinq dimanches en août, Deauville a tout son temps, cette année ! Alors, il procède avec calme et méthode. Chacun son tour. D´abord, c´est la moindre des politesses, ces dames et ces demoiselles. Il s´agit de comparer celles-ci, les pouliches de trois ans, à celles-là, les juments d´âge, dans les deux registres, la vitesse (Prix d´Astarté) et la résistance (Prix de Pomone). Simultanément, il convient de confronter les nôtres, les gentillettes de Chantilly, avec les leurs, ces diablesses des territoires du Nord-Ouest qui viennent semer la terreur, chaque été, sur les marches normandes. La rencontre des meilleures avec le gratin des mâles de l´une et l´autre génération et de l´un et l´autre pays, sur les deux distances, ce sera pour plus tard, éventuellement, à des niveaux différents : lors de ce sommet, le Prix Jacques Le Marois, ou un peu plus bas sur l´échelle des valeurs et un peu plus tard dans la saison, tout au bout du meeting, à l´occasion du Grand Prix de Deauville.

Prix de Pomone. Pas de course, pour la favorite logique, la 4 ans anglaise, Whitewater Affair. Elle prend la tête et la corde dès le départ, puis elle ligote son petit monde dans un habile faux-train pendant deux interminables kilomètres. Une savante et progressive accélération, au milieu du dernier tournant, et la messe est dite ! Les duettistes de l´écurie Fabre, l´aînée, Otaiti, et la cadette, Legend Maker, en sont réduites à se chamailler pour le premier accessit. Reverrons-nous la malicieuse anglaise à la fin du mois ? Peut-être, mais alors, avec la gent masculine, elle va trouver à qui parler !

Nous serions beaucoup plus étonnés de retrouver la lauréate du Prix d´Astarté, la 4 ans Daneskaya, au départ du Prix Jacques Le Marois. Sa victoire d´hier dans un Groupe II lui donne déjà des allures de parvenue. Madame Sans Gêne n´oserait tout de même pas s´afficher dans les salons d´un Groupe I ! Sa deuxième, la cadette anglaise Rebecca Sharp, n´y serait pas déplacée, elle, qui devait porter la surcharge maximale de trois kilos. Mais, en tout état de cause, ce Prix d´Astarté nous laisse insatisfaits. Un faux-train inital, ici aussi... La favorite logique, Ocean Ridge, contrainte, contre ses habitudes, de se dévouer en tête... Finalement, la victoire va à la meilleure sprinteuse, dans le déboulé final... Ce type d´exercice favorise logiquement - pas glorieusement ! - les plus expérimentées, les aînées !

_____

P.S. Une vraie course, en revanche, samedi, sur la même ligne droite, dans le Prix de Cabourg, pour les plus ambitieux de nos benjamins. Nous y avons vu dans ses oeuvres un poulain certainement appelé à un bel avenir. Fils du crack, Zafonic et neveu du champion en puissance, Zamindar, Xaar nous a fait penser, par son style, au premier nommé plutôt qu´au second. C´est tout dire !

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006