pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Vieux sans frontières...

1er septembre 1997

Cela aurait pu se passer, tout aussi bien, à Newbury, àYork ou à Goodwood. Mais non, c´est à Deauville, dans le Grand Prix, que trois vieux hobereaux britanniques avaient décidé de vider, non-pas une querelle de suprématie, oh ! non, une simple petite dispute de préséance. Arrivés sur les lieux, nos trois petits barons ont été tout étonnés de se retrouver seuls en piste. Les autochtones avaient disparu ! Marée noire dévastatrice ? Air insalubre exterminateur ? La bête du Gévaudan échappée de l´Aubrac ? Pas du tout ! Seulement, le tapis - effectivement plein de trous...- avait été jugé indigne des précieux sabots français.

Mais ce demi-million au lauréat, ces 50.000 livres sterling laissées là, à l´abandon ? Oh ! l´argent, vous savez, cela n´a jamais préoccupé que ceux qui n´en ont pas... Nous, à Chantilly, Dieu merci, (merci, Lagardère !), nous ne sommes pas encore dans le besoin. De toute manière, comme disent les Normands, mieux vaut vivre pauvre et ingambe que riche et clopin-clopant !

Malgré l´Europe, l´euro et le sport hippique qui ne connaît pas de frontières, reconnaissons que nous avions du mal, nous, médiocres turfistes étroitement hexagonaux, à nous passionner pour l´évènement. Dans quel ordre les trois visiteurs allaient-ils franchir le poteau d´arrivée ? L´impact de cette micro-hiérarchie sur les classements de fin de saison ? C´était bien le cadet de nos soucis, n´est-ce pas ?

Parlons donc de l´aînée de nos préoccupations... Comment va cette chère Pas de Réponse, qui faisait sa rentrée dans le vénérable Prix de Meautry, après quatre mois d´absence ? On ne peut mieux ! Elle a gagné en trois foulées, dès qu´elle a pu voir le jour. L´automne et Longchamp l´appellent, sur les sprints allongés. Et Séralia, la petite soeur de Shaka qui avait donné de si belles promesses dans le Prix Yacowlef ? Et Uninhibited, accrochée solidement à la ligne dorée du Prix de Cabourg ? Quelles figures ont-elles faites, dans le Prix du Calvados ? Pâles figures... Ecrasées, laminées, anéanties, avec leur petite camarade, Sainte Marine, par l´anglaise, Woodland Melody !

Après le Morny, nous avions l´air guilleret, le moral était au beau fixe. Après le Calvados, c´est la gueule de bois ! D´autant plus que Peter Chapple-Hyam - un tortionnaire récidiviste... - laissait entendre, benoîtement - ah ! le pervers ! - qu´il avait chez lui, à Manton, près de Newmarket, une gentille pouliche qui jonglait, le matin, à l´entraînement, avec Woodland Melody...

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006