pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Ordinateur et pifomètre

23 septembre 1979

La révolution informatique. Aucun domaine n´y échappera, prophétisent les grands prêtres d´IBM ! Pas même les courses ? J´ai fait un rêve...

Le premier à utiliser l´ordinateur fut évidemment celui qui avait déjà les chevaux en fiches : le handicapeur. Avec sa nouvelle "bécane", il eut tôt fait d´égaliser les chances à la perfection. Hélas ! La photo-finish devint impuissante à déterminer l´ordre d´arrivée du tiercé : vingt chevaux finissaient sur la même ligne ! On en revint donc au bon vieux système du "pifomètre"...

Vexé de n´avoir pu s´assurer par contrat les "premières montes" d´Yves Saint-Martin, un grand propriétaire, magnat de... la perfection, consacra les millions ainsi économisés à faire construire un jockey-robot. Facile, à l´ère de la miniaturisation ! Bien programmé, le nain électronique suivait les ordres à la lettre et portait les chevaux au poteau. Hélas ! Un jockey, un vrai, porta un jour réclamation. Le robot n´était pas programmé pour la docilité dialectique. Il eut le front d´argumenter devant les commissaires. Il fut mis à pied définitivement...

Du fin fond de la Normandie arriva alors la nouvelle qu´un éleveur, grâce à son ordinateur, avait trouvé la formule du croisement idéal. En effet, il fit naître un crack, puis un second, un troisième... Hélas ! L´espionnage industriel sévit aussi dans les haras. La recette fut bientôt connue de tous et il n´y eut plus que des cracks en piste. Par chance, il y avait des grands cracks, des cracks moyens et des petits cracks. Et tout continua comme avant...

Un ingénieur en informatique, turfiste à ses heures, mit enfin au point la martingale infaillible pour aligner dans le bon ordre les trois numéros du tiercé. Hélas ! Il était aussi savant que bêta. Pour une bouchée de pain, il vendit son logiciel à une station de radio périphérique. Le coefficient d´écoute de la station augmenta. Le rapport du tiercé chuta. Et les courses s´éteignirent, de mort pas naturelle.

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006