pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Colifichets et fanfreluches

6 avril 1998

Sous l´enseigne de luxe LVMH (Le Vrai Mérite Hippique), le pur-sang ouvre boutique à Longchamp. Le magasin fait l´article : on a convié le chaland à une journée "portes ouvertes". En ce début de saison humide, l´aimable clientèle devra toutefois se faire une idée de l´étoffe du turf par déduction plutôt que de visu : la maison se contente de présenter, un à un, quelques menus échantillons, des petites babioles, de mignonnes fanfreluches, des colifichets tintinnabulants dont on ignore encore la valeur...

Pimpant tout de même l´échantillon de la première course, le Prix de Croissy ! Elle ne paie pas de mine, l´Aga Khan Zainta, elle est même maigrichonne mais elle tourne autour du petit peloton pour l´emporter par cinq grandes longueurs ! Et sans excès d´arrogance, s´il vous plaît ! Gérald Mossé ne lui a jamais rien demandé... Qualité éminente ou aptitude exceptionnelle au terrain lourd ?

L´avenir répondra. Le présent immédiat est à l´hilarité. Car voici les clowns du quinté ! Comme attendu, mais cela fait toujours rire, n´est-ce pas, Longchamp nous sert le gag, désopilant, de la lice à zéro et du passe-droit automatique aux chevaux allants ayant tiré un petit numéro de stalle. Premier, le nº 1 à la corde, deuxième le nº 2, troisième le nº 6, quatrième le nº 5, cinquième le nº 9, sixième le nº 7, septième le nº 3... La roulette est donc truquée ! s´exclame l´aimable clientèle des doux néophytes...

Le Prix de Courcelles était offert au premier venu. Sestino fut celui-la. Le Prix de Ferrières appartenait de droit, lui aussi, à son grand favori. Mais Daymarti ne l´a pas pris. La victoire est allée à Makaruka. On retiendra surtout, ici, la belle fin de course du débutant, le Niarchos-Bary, Dream Well.

Plus consciencieux que Daymarti, son jeune compagnon de l´écurie de l´Aga Khan, Asterabad, l´Apollon du turf, a fait son devoir dans le Prix d´Harcourt, malgré ce sol pénible qu´il abhorre. Il est venu courageusement prendre in extremis une encolure au brave Majorien, que les circonstances avaient autant aidé que handicapé : la lice à zéro favorisait son bel allant, le terrain lourd lui plombait les jambes...

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006