pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Cela n´est pas un drame !

27 avril 1998

Victime d´un claquage à l´entraînement, Peintre Célèbre fait retraite au haras ? Allons ! Restons dignes. Pas de ces pleurnicheries pesantes comme des plaques commémoratives ! Dans le genre In Memoriam larmoyant, les barbons barbus de mai 1968 en font suffisamment, en ce moment, dans les médias, à feuilleter, doigt mouillé, oeil idem, leur petit livre d´images trentenaires... C´est une frustration, oui, mais cela n´est pas un drame ! Chefs d´oeuvre accomplis, le maître n´avait plus rien à prouver sur la piste. Simple changement de branche, pour l´artiste d´exception. Il nous a enchantés par son ouvrage pictural. Eh ! bien, il passe à la sculpture ! Nous sommes déjà impatients de faire connaissance avec sa production au haras. Qui sait ? Peut-être les fruits passeront-ils la promesse des fleurs ?

Reconnaissons toutefois que, sans lui, le gala du Ganay se muait en bal des courants d´air, avec ses quatre malheureux protagonistes. Ultime hommage au grand absent, la victoire est allée au bel Astarabad, que le Peintre avait croqué, on s´en souvient, l´été dernier, à Chantilly, dans le Prix du Jockey-Club. Course en or, pour le fils d´Alleged ! Un train soutenu dès le départ, grâce au vétéran anglais, Taipan. Un dos en guise de pare-brise, à l´extérieur, avec Fragrant Mix, sur lequel Alain Junk ne nous a pas paru monter la meilleure course de sa pourtant belle carrière : le cheval constamment nez au vent, il n´a pas eu le loisir de reprendre son souffle, dans la fausse ligne droite... Astarabad suivait, dans sa grande action bien cadencée, en toute décontraction. Lorsque Mossé lui demanda de s´étendre, en pleine piste, dans la ligne d´arrivée, il fit ce qu´on attendait de lui, il mit tranquillement la main sur le Groupe I abandonné.

Trente minutes plus tôt, sa compagne d´écurie, Zainta, avait fait de même avec le Prix Vanteaux - mais d´une tout autre façon : en menant, courageusement, de bout en bout. Dieu, qu´elle est maigrichonne, cette Zainta ! Une grande âme barricadée dans un corps aussi chétif ? Combien de temps tiendra-t-elle encore ?

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006