pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

La casaque verte

4 avril 1987

Recrudescence du taux de mortalité dans les pelotons : un phénomène saisonnier, au début du printemps, qui tient à la maladie honteuse et congénitale du turf, l´affairite chronique. On sait que le syndrome est défini, principalement, par la soudaineté et le caractère quasiment miraculeux de la guérison. Tel, qui se traînait lamentablement hier, aujourd´hui s´envole victorieusement. Ce phénomène déconcertant fait parler de "résurrection". De fait, les victimes du virus affichent une mine si parfaitement sereine, tout au long de leur épreuve, que certains docteurs se demandent si elles ne se complaisent pas dans leur infection. En tout cas, à l´évidence, le mal est contagieux. Il touche des écuries entières. Toujours les mêmes...

Au vrai, paradoxalement, ceux qui souffrent de l´épidémie ne sont pas les... intéressés, mais ceux qui sont assis à la même table qu´eux, les propriétaires et les entraîneurs sains, les parieurs et les supposés responsables de la régularité des courses, les commissaires et les handicapeurs.

Dans l´état actuel des choses, les mieux à même de se défendre sont les parieurs. Mais attention : pas les joueurs du matin ! Uniquement les clients de l´après-midi, lesquels disposent, pour se faire une opinion sur les sujets contaminés ou en voie de guérison soudaine, d´un instrument étonnamment précis : le tableau du betting. Il y a clairement des cotes "de vivant" et des cotes "de mort" !

Les souffrances des commissaires semblent, elles, sans remède. Ils sont touchés au vif : ridiculisés dans leur fonction. A tort ou à raison (à tort, à mon avis), la crainte de l´erreur judiciaire les paralyse (il n´y a jamais de preuve formelle...). Alors, que faire ? Pourquoi pas comme les Sud-Africains, au siècle dernier ? Dans ses Mémoires d´un entraîneur, Adolphe de Neuter écrivait : "Au Transvaal, la casaque verte est celle que les commissaires mettent sur les chevaux suspects. Quand le betting a l´air d´indiquer qu´un cheval est "mort", ils envoient un jockey de leur choix remplacer à l´improviste celui qui est sur le cheval soupçonné de ne pas devoir montrer sa vraie forme. Ce nouveau cavalier endosse réglementairement la casaque de la suspicion. Il paraît que le système donne d´excellents résultats...".

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006