pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Un samouraï en kimono !

10 août 1998

Un maximum de tranchant, plus un minimum de souplesse : voilà l´acier le mieux trempé, celui dont on fait les épées. Quatre-vingt-dix pour cent de vitesse, dix pour cent de résistance : c´est du même métal que sont forgés les lauréats du Prix Maurice de Gheest, le Groupe I coupe-chou ! Bien sûr, ce sont les dix pour cent qui font toute la différence. Ici, les sprinters "mécanisés" sur 1200 mètres se retrouvent à bout de souffle, le plus souvent, à cinquante mètres du disque.

Ils étaient cinq, hier - quatre anglais, un français - spécialistes des six furlongs : le mieux classé, le français Dyhim Diamond, a pris la quatrième place. Les trois premiers étaient tenus pour des milers, dans leurs pays respectifs, le Japon, la France et l´Angleterre. Le raccourcissement de la distance n´a pas été un problème pour eux. Oui, c´est l´honneur du prix Maurice de Gheest : la virtuosité ne lui suffit pas, il lui faut aussi la générosité !

Du coeur, assurément, la nipponne, Seeking the Pearl, n´en manque pas ! Quel tempérament, mes amis ! Quel aplomb ! Un coup d´épaule à sa voisine, Pas de Réponse, à la sortie des stalles et hop ! la voila qui s´installe en tête dès le départ, au beau milieu de la piste. Avec sa grande action, savamment cadencée par un Yutaka Take parfaitement en ligne, la locomotive n´a plus qu´à faire route, sans forcer sur ses bielles, vers le terminus.

Le disque franchi, on regarde le chrono, puis on se regarde, entre voisins de tribune, les yeux ronds : 1´14´´7 (57´´46 au kilomètre !), c´est presque deux secondes de mieux que Pursuit of Love en 1992 ! Mazette ! Notre samoura ï en kimono ne s´était pas contentée de ridiculiser quelques-uns des meilleurs chevaux de vitesse d´Europe, elle avait aussi sabré le record de la course ! Voilà qui promet pour dimanche prochain et ce sommet du meeting, le Prix du Haras de Fresnay Le Buffard-Jacques Le Marois ! On y annonce la venue d´un autre visiteur en provenance du pays du Soleil Levant, Taiki Shuttle, lequel a laissé Seeking the Pearl à plus de dix longueurs, le 14 juin dernier, à Tokyo, dans un Groupe I disputé sur le mile !

Autrefois, Deauville faisait les yeux doux aux Anglais. Voilà maintenant qu´elle se donne sans vergogne aux Italiens (à Bardonecchia, samedi, le Psyché...) et aux Japonais ! On ne t'en veut pas, Deauville, on t´aime comme cela, généreuse, imprévisible et délurée...

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006