pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Le sumo débonnaire

17 août 1998

Avec cette exquise courtoisie qui caractérise la bonne société japonaise, une envoyée spéciale des îles du Soleil-Levant, mi-geisha, mi-samouraï en kimono, Seeking the Pearl, avait eu l´obligeance de venir nous prévenir, il y a huit jours : son honorable compatriote, le sumo Taiki Shuttle, avait jeté son dévolu sur notre Prix Jacques Le Marois, le grand tournoi européen de l´été pour les chevaux de vitesse. Nous étions priés de le recevoir avec les égards dûs à son rang de champion du monde du mile.

Bien sûr, nous étions tous très flattés par la visite de cette haute personnalité - surtout les éleveurs-vendeurs de yearlings de la Normandie profonde, toujours à l´affût d´éventuelles retombées commerciales. Alors, à quoi ressemblait-il, le phénomène ? Eh ! bien, au sumo qu´on nous avait dit : une montagne de chair, avec des muscles fessiers de cheval de la Garde Républicaine ! En piste, la décontraction suprême de ceux qui n´ont pas l´habitude d´être contrariés. Mieux : un relâchement total, la force de l´inertie, avec ce qu´elle peut avoir d´inexorable et d´avalancheux, lorsqu´elle s´exerce sur une pente en forte déclivité !

Evidemment, vous pensez bien que nos David l´avaient vu venir, ce Goliath d´Extrême Orient ! Puisque la puissance était dans l'autre camp, il ne leur restait plus qu´à user de la ruse. Ils ont donc essayé de piéger le monstre par un savant faux-train, avec démarrage inopiné à deux cents mètres du disque... Peine perdue ! Le géant débonnaire a digéré l´attaque comme la bedaine d´un sumo avalerait une manchette décochée par un nain : pas même un frémissement !

Il a continué sur sa lancée, notre grand lymphatique, emportant comme un fétu du paille ce jockey qui a paru le gêner plutôt que l´aider. Avec un Peslier ou un Take, qui savent monter en ligne et qui ne lâchent pas les rênes sous l´influence de l´émotion, on aurait probablement affiché deux longueurs, au passage du poteau d´arrivée. Avec Okabe, le marteau-pilon n´a rivé le clou qu´à demi-longueur, mettant au pilori ces deux anglais récents gagnants de Groupes I, Among Men (Sussex Stakes) et Cape Cross (Lockinge Stakes)...

Ce que Deauville et la ruse n´ont pas pu obtenir, Longchamp, sa montée casse-pattes et sa descente traîtresse - au Japon, les pistes sont toutes plates - parviendra-t-il à le faire, dans trois semaines, avec le Prix du Moulin ? On ne sait pas... Ce qui est sûr c´est que, si ce titan est envoyé au tapis, le 6 septembre prochain, au bois de Boulogne, on entendra le badaboum ! jusque dans le bois de Vincennes !

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006