pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Les possédés !

27 juin 1987

- Vous êtes un obsédé du doping ! Vous ne pensez qu´à ça... Dès qu´un cheval court en progrès, dès qu´un favori est battu - d´une manière générale dès que les choses ne se passent pas exactement comme vous l´aviez prévu - vous ne cherchez pas l´explication naturelle, vous voyez aussitôt l´artifice ! C´est une vraie maladie...

- Je me soigne... Je me suis mis au Décontractyl, j´ai tâté du Lasix, de la Butazolidine... J´ai essayé aussi le Naproxen, la Furosémide, le Flunixin... On m´a conseillé l´acide méclofénamique et, mieux encore, l´étorphine, le "jus d´éléphant"... J´hésite. Qu´en pensez-vous, monsieur l´entraîneur-à-la-page ?

- Très amusant ! Ce sont des énumérations comme celle-là qui jettent le doute dans l´esprit du public. Vous faites sciemment l´amalgame entre des drogues véritables et des adjuvants anodins, utilisés couramment par la médecine sportive pour maintenir les athlètes en bonne condition. Les vitamines, les défatigants et les reconstituants de la formule sanguine n´ont aucun effet améliorant sur les performances d´un cheval, ni même les anti-inflammatoires, pour les sujets arthritiques, sans lesquels il y aurait trois partants par course, à Auteuil... Prouvez-moi le contraire !

- La preuve... par quatorze, la voici ! Il y a, aux Etats-Unis, un prétendu champion, Alysheba. Sous traitement au Lasix et à la Phénylbutazone, il a battu le nommé Bet Twice (non traité) dans les deux premières épreuves de la Triple Couronne, disputées dans des Etats autorisant les "médications". Dans la troisième, les Belmont Stakes, courue à New York, où aucun adjuvant n´est toléré, Alysheba, privé de ses bottes de sept lieues, a été battu de quatorze longueurs par le même Bet Twice... Terrifiante démonstration !

- C´est vous qui le dites. Mille autres causes peuvent expliquer la défaite d´Alysheba !... Et quand bien même... Où serait le mal ? Il y a un crack dans telles conditions, un second dans telles autres... Deux cracks au lieu d´un : qui s´en plaint ?

- Les victimes du doping ! D´abord, le parieur, puis l´éleveur, enfin les entraîneurs qui courent "nature" : vous savez, ces ringards qui ne gagnent plus une course !

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006