pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Bravo, l´opportuniste !

3 mai 1999

Comme les bons vins, les bons chevaux n´ont généralement pas vocation à être consommés trop frais. Il faut avoir la patience d´attendre qu´ils soient "chambrés". Etait-ce raisonnable de prendre Sagamix pour un vulgaire beaujolais nouveau, à boire gouleyant d´urgence, et de le faire partir à cette cote de grandissime favori, 5/10, dans le Prix Ganay ?

Le futur ex-invaincu avait, en l´occurrence, tout contre lui : distance trop courte, terrain trop ferme, course promettant de ne pas être sélective, en raison du faible nombre de concurrents et faute d´un leader digne de ce nom (Northern Quest est un cheval froid, attentiste de vocation). Surtout, ce mécanisme hyper-délicat avait demandé six mois et quatre courses de patiente mise au point, l´an passé, pour parvenir enfin, à l´automne, au niveau qui avait assis - d´une manière que l´on savait, hélas ! instable - sa réputation.

Tout s´est passé (presque...) comme on devait s´y attendre ! Pas de train, un cheval de jeu qui ne sert à rien, la course qui se réduit à un long déboulé, dont sort vainqueur - comme toujours en pareil cas ! - le concurrent le plus fit. Disputant en l´occurrence sa troisième course de l´année, Dark Moondancer était manifestement déjà confortablement installé en juin quand les autres - tous rentrants - en étaient encore à faire des projets sur avril ! Il s´est permis le luxe d´une accélération en plein virage et en troisième épaisseur, résistant de peu mais nettement, ensuite, au retour du prudent attentiste, Dream Well.

Dream Well... C´est là que réside le "presque", invoqué au début du paragraphe précédent. Car c´est son compagnon d´entraînement, l´élégant désinvolte, Croco Rouge, que l´ont attendait dans son rôle : pas le grand lymphatique, froid, nonchalant, amateur de terrain lourd et long à "venir" : en un mot, pas le Sagamix-bis ! Il faut croire que le fait de ne plus porter d´oeillères l´a débarrassé de sa paresse ? Alors, il ira loin cette année encore. Il faut craindre, surtout, que le brio du ci-devant distingué dilettante, Croco Rouge, ne se soit transformé en doute, en ressentiment et en paralysante amertume, depuis sa cruelle nasarde du Prix du Jockey-Club.

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006