pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Virtuosité

24 mai 1999

Pour son dernier dimanche du meeting de printemps, Longchamp était d´humeur généreuse et hospitalière. Il avait décidé de passer l´éponge sur deux récents et graves manquements à la logique du turf : celui de Cerulean Sky dans le Prix Vanteaux et celui de Croco Rouge dans le Prix Ganay. Accessoirement, il s´est montré des plus courtois avec le visiteur nippon, El Condor Pasa, qui a passé avec succès son premier examen de cosmopolitisme.

Le terrain était bon, la lice mobile à zéro. Cerulean Sky nous a refait, dans le Prix Saint-Alary, son numéro de lancer du couteau du Prix La Camargo : pan ! dans le mille, en revenant du diable-vauvert. Des tribunes, on a entendu la lame siffler. L´ennui, dans la perspective du Prix de Diane, c´est qu´il y a une paille dans cet acier vibrant : une fois sur deux, l´artiste perd tous ses moyens sans raison apparente (elle en était hier à sa septième sortie et à sa troisième victoire...) !

Trente minutes plus tard, c´était au tour du beau Croco Rouge, notre play-boy désinvolte, de réapparaître dans son costume de grand séducteur. On connaît sa manière : l´aisance, la décontraction flegmatique, et ce mot d´esprit qui vient faire mouche, in extremis, quand monsieur est dans de bonnes dispositions. Les circonstances du Prix d´Ispahan ont joué pour lui : on ne peut plus opportunément, il s´est retrouvé enfermé, le long de la corde (mais sur le tapis roulant...), au Pavillon. Doux frisson collectif et chair de poule se propageant, à la vitesse d´une "ola !", sur l´épiderme de ses admiratrices : Jarnet va-t-il voir le jour ? Non ! Jarnet doit reprendre sa monture, biaiser délicatement vers l´extérieur et c´est alors, enfin, en pleine piste, l´explosion, le jaillissement, l´éblouissement tant attendu ! Quelle pointe, ma chère, quelle vigueur, quel brio !

C´est notre hôte, le haut dignitaire japonais, El Condor Pasa, qui a fait les frais de la virtuosité du bellâtre. Bien qu´ayant viré au grand large, il était encore au canter, ce daïmio, à mi-ligne droite. Rappelons qu´il était le seul du lot à faire sa rentrée - et après six mois d´absence, s'il vous plaît ! Il est donc bien le champion qu´on pensait. Pour sa première sortie hors du pays du Soleil Levant, Longchamp lui a donné hier, sans hésiter, son visa pour le Prix de l´Arc de Triomphe.

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006