pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Abus de confiance

18 octobre 1999

Avant-dernier dimanche au Bois. Le plat est au bout du rouleau. Longchamp se sent vieux. Il n´a plus la force d´inventer. Il est pris dans cette tenaille, la triste alternative des fins de saison : il se répète ou il radote... Il commence donc par se répéter avec le Prix du Conseil de Paris. Bien sûr que First Magnitude était déclassé "d´une heure" ! N´avait-il pas fait galoper Nowhere to Exit dans le Prix La Force ? N´avait-il pas terminé à deux longueurs de Montjeu dans le Prix Niel ?... En fait d´une heure, il gagne d´un dixième de seconde (courte-encolure) mais sans qu´on ait douté une seule... minute de sa supériorité.

Vient ensuite, avec le Prix de la Forêt, le temps de la déraison. Il faut dire que le parcours des 1400 mètres, agrémenté du tapis roulant de la corde (lice à zéro) a été inventé pour cela : engendrer du n´importe quoi ! Nous savions que le favori, le péremptoire Diktat, était vulnérable : en raison de sa vocation d´attentiste (et il avait tiré le plus mauvais numéro à la corde !). Le grand méchant loup aurait-il le temps de revenir, à l´extérieur, croquer les petits lapins fuyant à la corde, les Trans Island et les Major Force, mieux lotis par le tirage au sort des stalles de départ ?

Eh ! bien, non, il n´a pas eu le temps. Il n´a pu refaire que quatre des cinq longueurs qui le séparaient de la tête de la course, à mi-ligne droite. Mais ajoutons aussitôt que, s´il avait été le crack qu´on dit qu´il est, de l´autre côté de la Manche, il aurait évidemment trouvé les ressources suffisantes pour l´emporter haut la main ! Les quatre qui l´ont devancé hier ne sont en aucune façon des phénomènes. Ce que les échellistes soupçonnaient (ils n´avaient pas coté bien haut sa facile victoire du Prix Maurice de Gheest et plus bas encore son difficile succès de la Haydock Sprint Cup) est probablement vrai : Diktat avait abusé de son nom, jusqu´ici et de son aisance, il n´avait fait qu´enfoncer, d´un coup d´épaule désinvolte, des portes grandes ouvertes...

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006