pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Le Picasso du turf

5 septembre 1987

L´incompréhension, c´est toujours le premier sentiment que la multitude éprouve au contact du génie. Le deuxième est l´hostilité. L´Irlande en est là avec Cash Asmussen... On sait qu´en France nous sommes arrivés, depuis quelque temps déjà, au troisième et dernier stade, celui de la vénération.

Sous le titre "Les éreinteurs d´Asmussen ont dépassé la mesure !", toute la "Une" du Sporting Life était consacrée au cas Cash, l´autre mardi. Point de départ, une émeute, sur l´hippodrome de Phoenix Park, après la défaite de la favorite "en payant", Golden Temple. Enfermé dans "la boite à sel", le jockey américain n´avait pu voir le jour que trop tard ! Pour les turfistes et les journalistes irlandais, ce fut la goutte d´eau qui fait déborder le vase : huées et injures des uns, critiques acerbes des autres. "La liste des chevaux qu´il a réussi à faire battre dans des courses gagnées d´avance s´allonge chaque semaine" écrit le bien nommé Foxhunter, dans le Cork Examiner, avant de qualifier Cash d´"incompétent".

Van Gogh aussi fut longtemps un peintre "incompétent" et Gauguin... Comment peut-on en arriver à maudire le Picasso du turf, l´inventeur de l´abstraction équestre ? Justement, c´est son style "non figuratif" qui choque les esprits frustes. Habitués à confondre gesticulation et efficacité, ces grossiers ne comprennent pas que la monte "en progression" (traduction littérale d´un américanisme qui a tout l´air d´un pléonasme, en français : mieux vaudrait dire : "à effort graduel") est anti-spectaculaire par essence. Le jockey se faisant oublier, il semble ne rien demander à sa monture, laquelle paraît être pleine de ressources. Qu´attend-il pour ouvrir la manette des gaz ? se demandent les lourdauds, alors qu´en fait le pilote n´a plus rien en main, le cheval lui ayant déjà donné tout ce qu´il aurait refusé à un autre, plus brutal !

Il est certain, aussi, que Cash a fait connaissance, en Irlande, avec ce que l´on pourrait appeler le paradoxe du champion. Plus grande est sa réussite, plus on exige de lui. Plus il donne, plus on lui demande et moins on lui pardonne une éventuelle erreur. Depuis le début de l´année, l´Américain "tourne" à 4O % de réussite (51 gagnants pour 129 montes), un taux exceptionnel !

L´ennui, avec certains artistes, c´est que leur motivation se nourrit de leur gloire. L´incompréhension et la haine du public risquent de leur faire perdre cet état de grâce où leur talent les hisse. Pourvu que des ignares ne nous gâchent pas le "psychique" de notre ami du dimanche !

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006