pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Un drôle de citoyen !

4 septembre 2000

Magie de l´électronique, toute-puissance des satellites d´observation universelle : deux classiques, au programme de notre dimanche de rentrée ! Prudence élémentaire, aussi... Longchamp devait prendre ses précautions. On ne sait jamais ! Si, comme il peut arriver quelquefois, le Groupe I local se ramollit en Groupe II, voire en Groupe III, l´autre, l´étranger, est toujours là, n´est-ce pas, pour sauver les apparences...

Ce n´était pas du luxe... Effectivement, de fil en aiguille, le Prix du Moulin est tombé en déliquescence. Ce fut d´abord le forfait du grandissime favori, Sendawar (pas le nôtre : nous avions dit qu´il avait peur de l´ombre qu´il est devenu, depuis qu´il a fait la connaissance du monstre, Duba ï Millenium !) : épouvanté, cette fois, par deux méchantes gouttes d´eau ! Puis, la disparition, aussi soudaine qu´inopinée, dès l´entrée de la ligne droite, avant même que les choses sérieuses n´aient commencé, de son petit camarade de promotion, Dansili (faut-il croire que lui aussi a mal encaissé les coups reçus lors de son dernier combat de l´autre coté de la Manche ?). Ajoutez à cela le manque de tenue, prévisible, du Godolphin Diktat et vous tiendrez pour éminemment logique ce résultat : le brave et honnête second plan anglais, Indian Lodge, a devancé de deux longueurs l´honnête et brave troisième couteau français, Kingsalsa.

Une heure plus tard, à Baden-Baden, nous étions curieux de faire connaissance avec la grande vedette locale, le poulain allemand Samum, invaincu en cinq tentatives (cinq longueurs dans le Derby de là-bas !). Eh ! bien, il nous est apparu tel qu´on nous l´avait décrit, ce jeune héros tant romantique que germanique : plein de panache, d´audace et de décontraction, d´insolence même, envers ses aînés britanniques, Fruits of Love et Daliapour !

Ah ! oui, quelle désinvolture ! Passer, instantanément, du dernier au premier rang, en plongeant dans la corde, à l´entrée de la ligne d´arrivée, pour se mettre aussitôt à dilapider le capital de longueurs ainsi gagné en retraversant la piste - elle est large, à Baden-Baden ! - en crabe, de gauche à droite ! Et trois longueurs, à la parade, pour franchir le disque... Oui, nous sommes impatients de le voir en chair et en os - à la télé, il avait une drôle d´allure de dromadaire... - ce citoyen-là de l´Europe du turf !

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006