pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Ultima verba

La chronique hippique du Figaro disparait le 1er janvier 2002. Pendant trois ans encore, le vieux quotidien m´a demandé de "couvrir" les trois grands évènements de l´année hippique, le Prix du Jockey-Club, le Prix de Diane et le Prix de l´ Arc de Triomphe. Voici les huit derniers commentaires du lundi (et non pas neuf : en 2004, l´actualité - la mort de Ray Charles ! - a éjecté sans ménagement Diane du journal ).

Une affaire de famille

3 juin 2002

Se présenter à la porte du Jockey-Club en habit d´invaincu, le sens commun voudrait que cela vous facilitât l´entrée. Mais non, un costume impeccable, cela flatte seulement le paraître, cela ne dit pas grand´chose sur l´être et ce sont surtout les bookmakers qui montrent du doigt les Brummell : ils savent l´art de faire mousser les apparences en sous-cote. Statistiquement et paradoxalement, un bagage irréprochable c´est même un handicap plutôt qu´un avantage pour décrocher le ruban bleu français ! L´auriez-vous cru ? Les seize derniers poulains qui se sont présentés à Chantilly sans avoir jusque là connu la défaite ont été battus et la plupart à plate couture. Parmi eux, plusieurs lauréats de Groupe I... Eh ! bien, Act One et Khalkevi ont ajouté leurs noms, hier, à cette impressionnante série noire.

Nerveux, tendu, mouillé, le deuxième nommé avait "fait" sa course avant le départ : manque de métier, dira Alain de Royer-Dupré. Manque de coffre aussi, sans doute : il est visible que cet animal-là ne fait pas le poids, au propre comme au figuré. Quelles excuses pour le grandisime favori (8/1O in fine !), Act One ? Aucune, jurait Thierry Gillet : il avait simplement subi la loi de meilleur que lui ! Ouais... Tout le parcours le nez au vent, en cinquième épaisseur, sans jamais laisser souffler sa monture : la pression était sans doute trop forte; il nous a un peu rappelé (un peu seulement : il y a six ans, c´était beaucoup plus grave...) le Dominique Boeuf de 1996 en selle sur Hélissio...

Quel contraste avec le sang-froid dont son collègue, Thierry Thulliez, a su faire preuve, musardant en toute décontraction à l´arrière-garde, pour ne venir s´occuper de la course, en pleine piste (là où s´ouvre la porte du fameux "souterrain des pirates"...), que dans l´ultime ligne droite : un seul effort, au bon endroit, au bon moment ! Ne cherchons pas plus loin la raison de la longueur et demie qui séparait les deux champions au passage du disque. Mais surtout ne nous plaignons pas. Chantilly avait un champion au menu, il nous en a servi deux ! Le trou de cinq longueurs que nos deux lascars ont creusé entre eux et le troisième, l´anglais Simeon (parti très appuyé au mutuel, lui aussi) en est la preuve.

Deux chevaux d´exception mais un seul vainqueur. En Sulamani, saluons la constance dans la réussite, ici, de ces familles formidables : celle du cheval, fils et frère (Hernando, Dream Well) de gagnants de Jockey-Club; celle de Maria Niarchos, la propriétaire, fille de l´éleveur, fondateur de l´écurie, Stavros Niarchos; celle de l´entraîneur, Pascal Bary, enfin, fils spirituel de François Boutin : quatre victoires en neuf ans pour l´homme des années paires ! 1994,1996,1998 (tiens ! pourquoi pas 2000 ?) et 2002 !

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006