pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Les privilégiées de la poudre d´escampette

9 juin 2003

Première décade de juin. L´araignée du turf européen est prise de frénésie. Il lui suffit de quelques jours pour tisser sa toile par-dessus la Manche. Les lignes croisées forment vite un réseau qui a au moins les apparences de la solidité. Ainsi, samedi, le Derby d´Epsom est-il venu fortifier notre sentiment de dimanche dernier, à Chantilly : la haute hiérarchie des poulains de la promotion classique française est sans rivale : cette année, elle culmine bien au-dessus de l´élite anglo-irlandaise. Un honnête témoin l´atteste, le O´Brien, Balestrini (quatrième, une classe et demie derrière nos brillants duettistes, Dalakhani et Super Célèbre, dans le Prix Lupin, puis bon cinquième, avant-hier, en Angleterre, à trois petites longueurs du lauréat, le Stoute, Kris Kin).

Même constat rassurant a priori, vendredi, avec les pouliches des Oaks : en s´inclinant de très peu (encolure, demi-longueur) devant Casual Look et Yesterday, Summitville, précédemment avant-dernière du Prix Saint-Alary, nous donnait les plus sérieuses raisons d´attendre pour dimanche une confirmation du grand talent de la favorite du Prix de Diane, Fidélité au pied léger. Hélas ! Si Diane-Artémis et Hermès (le dieux grec de la médecine mais aussi, on ne peut l´ignorer, du vol et du mensonge...) font bon ménage, depuis des lustres, la chasseresse n´a jamais eu beaucoup d´affinités avec Athena, la déesse de la raison. Pour une Allez France (gagnante en 1973) et une Northern Trick (1984), combien de grandissimes favorites, combien de Pola Bella (1968), combien de Three Troikas (1979), combien de Miesque (1987) y ont-elles été battues par moins bonnes qu´elles ?

Donc, Fidélité fut infidèle à ses promesses. Huitième sur dix ! On vous dira qu´elle a été piégée par le manque de sélectivité de la course. Ouais... Primo, le temps (2´ 08´´ 10) n´est pas ridicule du tout (à deux secondes et deux dixièmes du record de Lypharita, en 1985); secundo, il était visible que Peslier n´avait rien en mains, du départ à l´arrivée : sa pouliche fut totalement apathique d´un bout à l´autre, incapable d´émettre à aucun moment ne serait-ce qu´une pâle lueur de qualité. Au moins, l´autre "papier pur" de la course, l´autre attentiste de vocation, Musical Chimes, put-elle grignoter quelques longueurs sur ces privilégiées de la poudre d´escampette, Nebraska Tornado, Time Ahead et Baie, qui occupaient les trois premières places du petit peloton semi-sommeillant, après deux cents mètres de course et qui ont franchi le disque, respectivement, en première, deuxième et quatrième positions (Musical Chimes s´intercalant à la troisième place, à moins de deux longueurs de la lauréate).

Bon. On ne va pas s´éterniser sur cette course qui ne fera pas date dans les annales de Chantilly. Saluons seulement, avec un sentiment qui ne peut être qu´admiratif, la constance dans la réussite, au plus haut niveau, des deux côtés de la Manche, des deux côtés de l´Atlantique, de l´élevage de ce grand sportsman, Khalid Abdullah (la veille encore, à New York, avec Empire Maker, n´a-t-il pas décroché la troisième épreuve de la Triple Couronne Nord Américaine, les Belmont Stakes ?).

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006