pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

Savoir raison garder

14 octobre 1979

LUI - Tout ce tintamarre, il y a huit jours, autour de l´Arc de Triomphe ! Avalanche de chiffres, pilonnage des médias, trémolos des chroniqueurs... Et, au bout du compte, ce tiercé au rapport ridicule ! La montagne a accouché d´une souris... 63,50 F pour 5 F : quelle misère !

MOI - Une misère, une misère... Alors, ce sont sept cent mille misérables qui sont passés à la caisse, lundi matin ! La population d´une ville comme Lyon...

LUI - Je ne joue pas au tiercé pour me fondre dans la foule des gagne-petit. C´est même tout le contraire : je cherche à me distinguer. Parlez-moi du tiercé d´il y a quinze jours, à Maisons-Laffitte : 140.000 F ! Ah ! Là, le jeu en valait la chandelle...

MOI - Oui, en effet, ce jour-là ils n´ont été que cent cinquante huit à mettre dans le mille. Au Loto, il arrive même qu´il n´y ait qu´un seul gagnant. Un illuminé solitaire assis sur son tas d´or... La belle image ! De toute manière, ne vous faites aucune illusion, vous ne serez jamais ce rubicond-là... A raison d´un tirage par semaine, vous avez, mathématiquement, une chance de décrocher la timbale tous les huit cents siècles...

LUI - A chance égale, oui. Mais vous y croyez, vous, à l´égalité de tous devant le hasard ?

MOI - Ah ! Comme j´aimerais m´imaginer huit millions de fois plus veinard que mon voisin de palier !

LUI - D´accord ! Parlons calcul des probabilités. Je vous fais remarquer que, dimanche dernier, il y avait vingt-deux partants et, par conséquent, 9.240 combinaisons "tiercé" possibles, soit un rapport moyen théorique de plus de 5.000 F. Le tiercé a fait quatre-vingts fois moins !

MOI - Merci ! Je n´ai plus rien à ajouter : la démonstration est faite ! La faiblesse même du rapport prouve en effet deux choses. La première : les courses de chevaux n´ont rien à voir avec le hasard pur. La seconde : le turfiste le sait bien, qui n´hésite pas à parier massivement sur certaines combinaisons, lorsqu´il les juge plus raisonnables que d´autres.

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006