pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

La règle du jeu

12 novembre 1988

A un journaliste anglais du Racing Post qui lui demandait s´il ne trouvait pas choquant que six des sept lauréats de courses censées sélectionner des reproducteurs (comme le dit clairement le beau nom de Breeders´ Cup) avaient été "traités" à la Butazolidine ou (et) au Lasix, M. Ted Bassett, Président du Comité organisateur, a répondu : "Nos courses sont sous la juridiction de trente-et-un Etats différents, qui légifèrent chacun comme bon lui semble sur la question des médications. Si un entraîneur américain envoyait un cheval courir en Angleterre et demandait à votre Jockey-Club de changer ses règlements, croyez-vous qu´il le ferait ?... Eh ! bien, Je crois que vous pouvez dire que les autorités hippiques américaines donneraient la même réponse !"

L´entraîneur, Patrick Biancone (l´un des trois entraîneurs français qui ont "traité" leurs pensionnaires à la butazolidine ou au Lasix) a fait une réponse identique à notre confrère, Bernard Barouch de Paris-Turf : "Chaque pays hippique a ses règles. Si un jour on créait une course à l´envers, j´apprendrais à mon cheval à sortir des boîtes à reculons ! Ici, la règle du jeu c´est que l´entraîneur doit "aider" le cheval au maximum..."

La règle du jeu ! La conformité aux usages et règlements locaux ! Mais savez-vous, messieurs, qu´on peut aller très loin, avec de pareils arguments ! Direz-vous à votre fille, passionnée de théâtre, que c´est l´usage, dans le monde du spectacle, pour décrocher un rôle, de coucher avec le producteur et qu´elle veuille bien, par conséquent, se plier à la règle du jeu ? Etes-vous d´avis que c´est aussi la moindre des civilités, lorsque vous entrez sous le couvert de la forêt amazonienne, que de suivre les coutumes locales de cannibalisme ? Etait-ce enfin la règle, en France, au début des années 1940, de dénoncer son voisin juif à l´occupant ?

J´ai pris volontairement des exemples monstrueux, mais vous voyez bien, messieurs, que votre argumentation pro domo ne tient pas ! Au vrai, il n´y a que deux attitudes possibles, devant un jeu qui est régi par des règles iniques : ou bien on en démontre l´absurdité en y gagnant sans user des subterfuges autorisés (c´est ce qu´a fait Miesque en 1987; pourquoi a-t-elle "craqué" en 1988 ?). Ou alors, si l´on est convaincu que la table de jeu est truquée, on ne s´y assoit pas ! Il est dégradant, en tout cas, de croire s´en tirer en prétextant : "Puisque tout le monde triche, eh ! bien, moi aussi !"

J´ajoute qu´un tel cynisme autorise toutes les suspicions. Devant une semblable mentalité, comment l´observateur na ïf ne se dirait-il pas : "Ainsi, celui-ci est capable de tout pour arriver à ses fins..."

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006