pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

L´arme absolue

4 mars 1989

La Californie, ce n´est pas le Pérou pour la régularité des courses (on connaît le laxisme des Américains de la Côte Ouest à l´égard des "médications", analgésiques, anti-inflammatoires, anti-hémorragiques et autres "va-vite" rigoureusement prohibés sur le Vieux Continent). Ce n´est pas le Pérou, mais c´est tout de même un Etat modèle dans la lutte contre le doping. Là-bas fonctionnent les appareils de détection les plus pointus du monde. On se souvient que c´est à Santa Anita qu´ont été décelés, fin 1985, les premiers cas de doping à l´étorphine (le fameux "jus d´éléphant"). Trois mois plus tard, les organismes de contrôle de la vieille Europe mettaient leurs pendules à l´heure des stupéfiants.

C´est sur l´hippodrome voisin de Del Mar qu´ont été aussi débusqués, cet hiver, les premiers "positifs" à la coca ïne. Ne doutons pas qu´à son tour cette molécule encore inédite, de ce côté-ci de l´Atlantique, ne doive figurer prochainement en bonne place dans la mémoire centrale des ordinateurs-gendarmes d´Ascot et de Longchamp.

Mais c´est surtout sur le plan de la réglementation que la Californie est en avance sur l´Europe du turf. Cela fait déjà cinq ans que l´on s´est doté, là-bas, de l´arme absolue contre le doping : le congélateur ! Les prélèvements "négatifs" sont conservés pendant plusieurs années, aux fins d´analyses éventuelles ultérieures, suivant les progrès des spectrographes de masse. C´est ainsi qu´un pensionnaire de l´entraîneur tête de liste, Wayne Lukas, a été reconnu "positif" à la coca ïne, il y a trois semaines, lors d´un deuxième contrôle effectué plus de six mois après sa victoire !

La conservation de la preuve : on ne peut imaginer force de dissuasion plus efficace, dans un domaine qui s´est toujours apparenté au jeu du gendarme et des voleurs - ceux-ci ayant toujours une longueur d´avance sur celui-là. Pas vu, pas pris ! disaient-ils. Avec cette épée de Damoclès constamment menaçante au-dessus de leur tête, cela devient : pas vu aujourd´hui, probablement pris demain !

Une arme absolue dans sa fiabilité, mais aussi formidablement meurtrière pour qui en est la victime, puisque, à la sanction habituelle qui frappe le coupable (déclassement, amende, retrait de licence...), s´ajoute la menace d´une cascade de procès : ceux que ne manqueront pas de lui intenter, par exemple, les actionnaires frustrés d´un étalon syndiqué après la victoire mise en cause. Sans parler des éleveurs qui s´estimeront lésés pour avoir envoyé leurs poulinières à la saillie d´un champion frelaté.

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006