pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

L´avènement !

11 mai 1987

Doublement rassurés - d´abord par la cousine Miesque, revenue d´Angleterre couverte de lauriers, puis par les échos des Deux Mille Guinées, très critiques sur la qualité d´ensemble des poulains de vitesse, de l´autre côté de la Manche - nous allions à Longchamp le coeur en fête et l´âme sereine pour assister à l´épanouissement d´un crack en formation, Soviet Star, dans la Poule d´Essai des Poulains...

Au vrai, nous feignions tout de même un peu de ne pas réaliser que, parmi les cinq britanniques qui avaient fait le déplacement à Longchamp, il y en avait un, Noble Minstrel, qu´une "ligne directe" (celle de Midyan), plaçait nettement devant Dont Forget Me, le lauréat des Guinées. Nous ne voulions pas savoir non-plus qu´un autre, Glory Forever, avait été "supplémenté" pour l´occasion, ce qui témoignait, pour le moins, d´une certaine confiance. Au reste, nous croyions bien connaître ces deux visiteurs, puisque nous leur avions offert - en guise de dédommagement anticipé - deux de nos bonnes épreuves pour 2 ans : au premier, le Criterium de Maisons-Laffitte, au second le Prix Thomas Bryon...

Ajoutons à cela que, prises au pied de la lettre, les deux victoires de Soviet Star n´avaient rien pour impressionner le théoricien des classements cotés. Oui, mais il y avait le style... Et puis la naissance (c´est un fils de Nureyev)... Enfin, il y avait l´entraîneur. André Fabre n´a pas coutume de se repaître de chimères. Or, il n´a jamais caché qu´il croyait tenir en ce poulain un cheval au-dessus du commun...

Faut-il ajouter que les choses se sont passées exactement comme on l´espérait ? Le colosse, Noble Minstrel, a mené grand train, dès le départ, ne cédant nullement, dans la ligne d´arrivée. Soviet Star est venu le transpercer d´une terrible pointe, dès la mi-ligne droite. Quant à Glory Forever, il est arrivé à point nommé, lui aussi (troisième, finissant vite) pour étayer une hiérarchie qui paraît désormais solidement assise.

Un mot sur le Prix Hocquart, couru une heure plus tôt. Le grandissime favori, Sadjid, l´a emporté d´une tête, devant un lot sans relief. Il serait toutefois honnête de préciser que ladite tête, prise à l´issue d´une fin de course d´autant plus incisive que longtemps contrariée pour cause d´embouteillage, vaut sans doute quelque chose comme quatre kilos, pour un "échelliste" lambda : une "classe" disent très explicitement les hommes de cheval !

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006