pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

L´état des lieux

30 mai 1988

Ultime dimanche de printemps au bois. Le moulin s´apprête à passer le relais au château... Avant de mettre la clé sous le paillasson, Longchamp s´assure que la maison est en ordre.

Oui, apparemment, chacun est à sa place dans le Prix d´Ispahan. Bien sûr, on aurait aimé que Miesque mît un peu plus d´espace entre sa classe et la bonne volonté de ses quatre faire-valoir. Mais l´oeil et l´esprit sont satisfaits : on a vu, on a compris que la diva n´avait rien perdu de sa tessiture. D´un champion ordinaire, on dit qu´il a gagné "en trois foulées". A elle, un seul coup de rein a suffi, à proximité du poteau d´arrivée, après que Freddy Head l´eut calmement sortie de la "boite à sel" où ses petits camarades s´étaient amusés - pure espièglerie ! - à l´enfermer, au Pavillon.

Passons dans la pièce à côté. Prix Jean Prat. Ah ! ici, tout est sens dessus-dessous ! Quel fouillis ! Pas question de partir à Chantilly en laissant nos idées dans un tel désordre ! Essayons de faire un peu de rangement... Deux hypothèses seulement peuvent expliquer le "lapin" que French Stress et Blushing John nous ont posé hier : ou bien ils s´étaient mis mutuellement hors d´état de nuire pour le reste de la saison, lors de leur duel meurtrier de la Poule d´Essai; ou bien ladite Poule d´Essai n´était pas aussi relevée que nous l´avions alors supposé.

Comme l´amour, l´espoir est aveugle. Il y avait un témoin de qualité douteuse, le 8 mai dernier, le nommé Tay Wharf, troisième à deux longueurs. Emportés par l´enthousiasme, nous n´avions pas voulu le voir. Il s´est dressé, hier, comme la statue du Commandeur, sous les traits du dénommé Lapierre, compagnon d´écurie du susnommé Tay Wharf ! Clive Brittain tenait, lui, la bonne "ligne"...

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006