pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

La renaissance italienne

3 octobre 1988

Sur le turf comme dans la Rome antique, le Triomphe et l´Arc, par définition, ne sont pas concomitants : l´un vient nécessairement avant l´autre. Situé tout au bout du calendrier hippique, le championnat d´Europe du pur-sang a vocation d´apothéose pour une gloire déjà consacrée. Ribot, Sea Bird, Vaguely Noble, Mill Reef, Allez France, Sagace ou Dancing Brave n´avaient plus rien à prouver, au premier dimanche d´octobre. Ils ne sont pas venus à Longchamp pour descendre dans l´arène mais pour monter sur le podium...

Le soixante-septième Prix de l´Arc de Triomphe faisait exception à la règle : il devait - simultanément ! - procéder à l´élection et au couronnement du numéro un de l´année. Ils étaient huit, "nommés" pour le titre : trois vétérans, Mtoto, Tony Bin et Triptych; trois poulains de trois ans, Kahyasi, Unfuwain et Fijar Tango; et deux pouliches, Diminuendo et Indian Rose.

Nous avions dit le peu d´estime en laquelle nous tenions la génération classique (poulains âgés de 3 ans), de ce côté-ci comme de l´autre de la Manche. La course ne nous a pas donné tort... Sans excuse apparente, le grand favori, Kahyasi, lauréat de deux derbies (Epsom et Curragh), est rentré dans le rang, ayant dû se contenter de la sixième place. Unfuwain terminait une petite longueur devant lui, à la quatrième place, tandis que Fijar Tango était septième, à une encolure du poulain de l´Aga Khan.

Les pouliches, alors ? Hélas ! Ici aussi, ce que l´on pouvait craindre est arrivé : l´une et l´autre n´ont montré que l´ombre d´elles-mêmes. Diminuendo s´est moquée de nous en venant faire une promenade digestive, à Longchamp, après une année trop copieuse. Quant à Indian Rose, il faut croire qu´elle a dû se ressentir de ses ennuis d´entraînement de la semaine dernière, puisqu´elle s´est montrée incapable d´approcher Light The Lights (9ème) qu´elle avait pourtant devancée de trois longueurs, sur ce même parcours, il y a trois semaines.

Les vétérans, donc ? Oui, les deux 5 ans, Tony Bin et Mtoto, ont été les seuls capables d´accélérer, dans la ligne d´arrivée, venant tous deux des derniers rangs, en pleine piste, un peu à la manière de Trempolino et du même Tony Bin, l´an passé. Pour faire bonne mesure, un troisième cheval d´âge, le 4 ans Boyatino, conservait la troisième place, le long de la corde, où il bénéficiait du fameux "tapis roulant" de la lice "à zéro". L´Arc de 1988 aura donc vu la victoire du courage, de l´expérience et de la maturité. Trois qualités éminemment respectables, dont est abondamment pourvu ce sympathique cheval italien, Tony Bin. Avec son compatriote, Ribot, il y a trente ans, on parlait de classe...

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006