pursang1
pursang2

L´INSOLENCE ET LA GLOIRE   -   Chroniques du turf   1979-2004

michmorice

L´allégresse du lendemain !

10 octobre 1988

L´habitué des hippodromes est un homme heureux. Il ne connaît pas la mélancolie du temps qui passe. Perpétuellemnt aspiré par le futur, il vit dans l´allégresse du lendemain ! Le champ de course se fait ainsi Conservatoire de jouvence. Il y a beaucoup de vieux turfistes; je ne connais pas de turfistes vieux... Donc, immédiatement après avoir atteint son sommet annuel, Longchamp nous propulsait hier vers un nouvel avenir. Que vaut la jeune génération ? Le Grand Criterium était là pour donner un début de réponse.

Sur le programme, ils étaient neuf, venus des quatre coins de l´horizon français. Un lot séduisant, tant sur le papier qu´au paddock. En piste, on n´en vit qu´un, le nommé Kendor. Il a médusé ses adversaires et les observateurs par son démarrage foudroyant, au Pavillon. Derrière le lauréat, Along All et Ecossais finissaient bien, mais dans un autre monde. Le premier nommé n´avait pas son action du Prix des Chênes (il est vrai qu´il n´est pas né pour nager...).Quant à Mary Linoa, la gagnante du Prix Marcel Boussac, elle fut la première battue, à l´entrée de la ligne droite : soit parcequ´elle n´avait pas "digéré" sa course d´il y a huit jours, soit parcequ´elle non-plus n´aime pas le terrain lourd, soit enfin parce que son psychique - comme on peut le craindre, s´agissant d´une fille de "caractérielle" - n´est pas à la hauteur de son physique.

Kendor est-il doué d´une aptitude exceptionnelle aux pistes profondes, puisqu´il a pris ses distances, hier, avec des chevaux qui l´avaient devancé (Ecossais, Local Talent) ou qui avaient fait jeu égal avec lui (Star Touch) sur des pistes fermes ? Non, tout laisse espérer qu´il s´agit tout bonnement d´un poulain de classe, qui s´est révélé à la faveur de l´allongement de la distance et d´une course rondement menée.

Son propriétaire, M. Adolf Bader, est un citoyen suisse qui élève et fait courir en France depuis des lustres, avec des fortunes diverses mais en montrant toujours une image de marque très sympathique et justement populaire auprès du turfiste "de base" (du rustique mais du solide et du "clean", illustré par la famille des "Du Bourg"...). On souhaîte à la casaque bleue à pois blancs et à Raymond Touflan, "petit" entraîneur de Maisons-Laffitte, des lendemains qui chantent.

<< >>

Contactez Michel Morice

Site réalisé par: Sylvie Morice - Photos: Bernard Gourier - www.bernardgourier.com

Copyright © 2006